venice-gondola-picjumbo-viktor-hanacek-600x400

116: Stéréotypes  : comment changer les attitudes ?

May 19, 2014      Lettres      Philippe Gouillou      no responses

Tagged with:



Seules certaines des techniques utilisées pour changer les attitudes face à un stérétoype y parviennent…

Aussi : une nouvelle étude montre que l'humiliation est l'émotion qui active le plus notre cerveau. Peut-on en déduire qu'elle est l'émotion la plus forte que nous puissions ressentir ?

Cette Lettre est complémentaire à la Lettre Neuromonaco 32 : "Les stéréotypes sont vrais (généralement)"

Philippe Gouillou


1. Stéréotypes : comment changer les attitudes ?

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.


Photo


2. L'humiliation est-elle la plus forte des émotions ?

L'humiliation est une des émotions qui marque le plus : elle peut provoquer des conflits voire des guerres, et son souvenir peut durer toute une vie avec toujours la même charge de souffrance.

Otten & Jonas (2014) ont comparé la réaction du cerveau (par Electro-Encéphalogramme : EEG) face à des histoires d'humiliation, de colère, et de bonheur sur deux critères, tous deux indicateurs d'activité corticale :

  • Le LPP ("Late Positive Potential") : un potentiel positif
  • L'ERD (“Event-Related Desynchronization”) : un marqueur d'une activité réduite dans la gamme alpha

Ils ont trouvé que l'humiliation est l'émotion qui provoque les plus fortes réactions sur ces deux critères, comme par exemple pour le LPP (attention : le positif est en bas) :

Peut-on en déduire que l'humiliation serait la plus forte des émotions ?

Une telle hypothèse apparaîtrait logique : l'humiliation est liée au statut et à la réputation, lesquels ont un impact très fort sur le fitness, le cerveau se doit donc d'y être extrêmement sensible.

Cependant, l'humiliation est aussi une émotion compliquée, plus difficile à comprendre par le cerveau, et les pics d'activation peuvent aussi indiquer cette plus grande charge cognitive (c'est l'hypothèse défendue par Christian Jarett dans Wired).

Dans tous les cas, il est intéressant de savoir qu'elle est l'émotion activant le plus le cerveau.

Lien

Références

Otten, M., & Jonas, K. J. (2014). Humiliation as an intense emotional experience: evidence from the electro-encephalogram. Social Neuroscience, 9(1), 23–35. doi:10.1080/17470919.2013.855660


3. Lettres de la semaine

Les Abonnés Premium ont reçu au cours de la semaine dernière les deux sections ci-dessus et aussi : "Mode : Tendance "Tou(te)s les mêmes"", "Luxe : snober pour vendre", et " Vivent les corrélations ! ".

Cinq autres lettres sont envoyées cette semaine.

Abonnez-vous pour les recevoir !


Share Button

Citation de cette page :

(2014) : "Lettre Neuromonaco 116: Stéréotypes  : comment changer les attitudes ?". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre116.htm on 20 Dec 2014. 512 words.

"[Lettre Neuromonaco 116: Stéréotypes  : comment changer les attitudes ?](http://neuromonaco.com/lettres/lettre116.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 19 May 2014



Comments are closed.

Read more:
bureaucrats-440x270
47: L’avenir : Anonymat vs Big Brother

L'avenir sera-t-il celui du flicage absolu ? Le succès de Facebook, l'évolution des logiciels et même les projets législatifs semblent l'assurer....

Close