Alice in Wonderland

100: Peut-on (faire) croire n’importe quoi ?

January 27, 2014      Lettres      Philippe Gouillou      no responses

Tagged with:



Peut-on (faire) croire n’importe quoi ?

Cette centième lettre est consacrée aux biais cognitifs : Pourquoi nous croyons (presque) n’importe quoi, Comment notre intelligence nous rend plus sensible à un biais de compréhension, Comment nous nous plantons en probabilités, et La preuve que nous raisonnons encore comme des petits enfants…

Philippe Gouillou


1. Croire six choses impossibles avant le petit-déjeuner

Alice se mit à rire.
- Inutile d’essayer, répondit-elle : on ne peut pas croire des choses impossibles.
- Je suppose que tu manques d’entraînement. Quand j’avais ton âge, je m’exerçais à cela une demi-heure par jour. Il m’est arrivé quelquefois de croire jusqu’à six choses impossibles avant le petit déjeuner.
Lewis Caroll : Alice au Pays des Merveilles

Cette Lettre est complémentaire à la Lettre 69.1 : “ Le facteur humain (1/2) : l’Information Stratégique

Les Reptiliens

La Lettre 99.1 (“Placement publicitaire : Eye-Tracking de Bad Romance de Lady Gaga“) avait signalé que certains ont des croyances pour le moins surprenantes quant au sens d’une chanson de Lady Gaga.

Une recherche sur Wikipedia montre pourtant que ces croyances seraient assez répandues : certains semblent[1] croire réellement qu’il existe sur terre des Reptiles humanoïdes (les “Reptiliens”) qui se cachent et contrôlent la population humaine. Et cette croyance s’explique.

L’information stratégique

Pascal Boyer (2001) avait imaginé un certain nombre de concepts, possibles (voire vrais) ou impossibles, et avait enquêté pour savoir s’ils appartenaient ou non au domaine du religieux. Par exemple, les trois croyances ci-après sont-elles de l’ordre du religieux ?

[1] Les gens viellissent ; un jour ils cessent de respirer : ils meurent et c’est fini.
(…)
[11] Il n’existe qu’un dieu! Il est tout-puissant. Mais il n’existe que le mercredi.
[20] Nous prions cette statue parce qu’elle écoute nos prières et nous aide à obtenir ce que nous désirons.
Boyer, 2001, pp 76s

Très probablement : pas toutes. Il y a de fortes chances que vous ne considériez que la troisième proposition ([20]) comme potentiellement religieuse.

Pascal Boyer avait trouvé que les réponses à ces questions étaient cohérentes et qu’on peut en déduire les conditions nécessaires : toute croyance ne peut pas être religieuse, il faut notamment (mais pas seulement !) qu’elle mette en jeu les moteurs d’inférences sociales, c’est-à-dire concerne ce qu’il a appelé l’Information Stratégique, qui avait été présentée Lettre 69. Il précise :

“Dans les interactions avec les agents surnaturels, nous supposons qu’ils ont un accès illimité à l’information stratégique.”
Boyer, 2001, p 223 (italique dans le texte originel)

Généralisation

“En vérité, je m’étonne après cela qu’il existe encore des hommes assez crédules pour ajouter foi à des prophètes que les événements et les faits réfutent chaque jour.”
Cicéron (né en 106 avant JC) sur l’astrologie[2]

Le concept d’Information Stratégique, de Boyer, permet de comprendre comment une croyance comme celle dans les Reptiliens peut se propager, alors même que cette croyance n’est pas religieuse.

On peut en effet généraliser : les processus qui sont à la base des croyances religieuses soutiennent aussi les autres croyances, l’orientation de la croyance dépendant d’autres facteurs. On trouve notamment une différence sexuelle :

“Contrairement à des préjugés tenaces, les croyances au paranormal ne sont pas systématiquement plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes. On observe une différenciation entre des croyances nettement féminines, qui concernent essentiellement la divination (cartomancie, astrologie, horoscopes), et des croyances plutôt masculines, en particulier la croyance aux OVNI, si imprégnée de mythologie technico-scientifique.”
Jean Bruno Renard[3]

Application pratique

« Ne croyez-vous pas aux soucoupes volantes ? […] Ne croyez-vous pas à la télépathie ? Ne croyez-vous pas aux anciens astronautes ? Au triangle des Bermudes ? En l’après vie ?
Je réplique : non ! Non, non, non, non et encore une fois non !
Récemment, une personne poussée au désespoir par la litanie monotone de mes dénégations a éclaté : “Ne croyez-vous en rien ?”
Si, répondis-je, je crois en la preuve. Je crois en l’observation, je crois aux mesures et à la raison confirmées par des observateurs distincts. Je crois en tout, peu importe la bizarrerie ou le ridicule, s’il y a une preuve. Toutefois, plus quelque chose sera bizarre et ridicule, plus la preuve devra être ferme et solide ».
Isaac Asimov (1990)[4]

Au niveau pratique il faut distinguer les deux orientations :

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.



2. Biais cognitif : Orientation politique et décision 

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.



3. Biais cognitif : Base Rate Fallacy (Oubli de la Fréquence de Base)

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.



4. Maths : le biais proportionnel

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.



Share Button

Citation de cette page :

(2014) : "Lettre Neuromonaco 100: Peut-on (faire) croire n’importe quoi ?". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre100.htm on 20 Dec 2014. 1002 words.

"[Lettre Neuromonaco 100: Peut-on (faire) croire n’importe quoi ?](http://neuromonaco.com/lettres/lettre100.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 27 Jan 2014



Comments are closed.

Read more:
holiday-media-manipulator-440x270
35: Comment manipuler les médias (1/2)

Vous croyez encore la presse ? Après avoir lu Ryan Holiday vous serez probablement encore plus prudents : il explique...

Close