bringbackourgirls-600x337

122: La Sélection par la Fréquence

June 30, 2014      Lettres      Philippe Gouillou      no responses

Tagged with:



Vaut-il mieux être semblable ou différent ? Ca dépend : l’originalité est parfois un critère de sélection, mais pas toujours dans un sens positif.

Aussi : Eurovision montre des proximités surprenantes, et le Nombre d’Erdos.

Philippe Gouillou


1. Eurovision (1/2) : l’influence de l’histoire

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.



2. Eurovision (2/2) : mode et sélection par la fréquence

Déclencheurs contradictoires

Ce qui a fait le succès de cette édition 2014 est qu’elle a permis d’imposer, contre l’avis des votants (The Telegraph), un nouveau modèle pour l’Européen de demain : Conchita Wurtz qui allie un visage féminin et une barbe (photos ci-dessus et ci-dessous).

Sébastien Bohler dans L’actu sur le divan explique la “fascination” qu’il ressent pour Conchita par les travaux de Kimchi, Xu & Dulac (2007) qui ont trouvé deux circuits d’intérêt sexuel différents dans le cerveau des souris : un homosexuel et l’autre hétérosexuel (la préférence finale serait influencée par les phéromones).

On peut plutôt considérer que Conchita Wurtz offre un exemple parfait de “déclencheur contradictoire” : de la barbe sur des traits féminins. Comme indiqué Lettre 54, ces déclencheurs peuvent avoir un effet accru. Ils ne cibleront cependant pas tout le monde, et les réactions sur les réseaux sociaux n’ont pas montré beaucoup de personnes “fascinées” :

IMAGE

La barbe

Il y a cependant un autre point : un effet secondaire du succès de Conchita Wurtz est qu’elle a cassé le lien entre barbe et masculinité.

Biologiquement, la barbe est en effet un signe très fiable de maturité sexuelle masculine (les “femmes à barbe” étaient des monstres de foire).

Que la barbe soit à la mode, ou non, dépend de l’époque, comme le montrent ces courbes extraites de Robinson (1976) sur le pourcentage et le type de poils faciaux chez les hommes dans Illustrated London News entre 1842 et 1972 :

IMAGE

Mode et sélection dépendante de la fréquence négative

Une nouvelle étude vient expliquer une partie de ces évolutions historiques par un processus évolutionnaire.

Le principe est que la valeur de certains critères dépend de leur diffusion ou au contraire leur originalité au sein de la population. C’est la Sélection dépendante de la fréquence (SDF), que Wikipedia EN définit :

"Sélection dépendante de la fréquence est le terme donné à un processus évolutionnaire où le fitness d’un phénotype dépend de sa fréquence relativement aux autres phénotypes dans une population donnée.

  • Dans la Sélection dépendante de la fréquence positive, le fitness d’un phénotype augmente quand il devient plus commun.

  • Dans la Sélection dépendante de la fréquence négative, le fitness d’un phénotype augmente avec sa rareté."

Le plus souvent, c’est le caractère commun de quelque chose (SDF positive) qui fait sa valeur : c’est l’Effet de Simple Exposition qui avait été présenté Lettres 59 et 115. Mais dans d’autres cas, et notamment en compétition sexuelle, l’originalité (SDF négative) peut avoir plus de valeur [1].

Janif, Brooks & Dixson, B. J. (2014) considèrent que cet effet va casser la mode de la barbe chez les hipsters. Dans son article sur The Conversation présentant l’article, le co-auteur Rob Brooks note :

“En génétique évolutionnaire, la SDF négative est une force importante, qui favorise des allèles génétiques rares contre des plus fréquents. Par exemple, chez les guppies, les mâles qui portent une rare combinaison de points colorés ont à la fois moins de risques d’être mangés et plus de chances de s’accoupler. Ainsi, un motif coloré rare peut se répandre très rapidement, jusqu’à ce qu’il devienne si commun qu’il attire l’attention des prédateurs et commence à apparaître dépassé aux yeux des femelles guppies.”

Rob Brooks

Donc si la barbe n’est plus rare et qu’elle n’est plus la preuve de masculinité recherchée, on peut en effet s’attendre à ce qu’elle passe de mode.

Liens

Notes

  1. En anthropologie génétique, cette SDF négative explique partiellement pourquoi on trouve plus de diversité chez les femmes européennes (couleurs des yeux, des cheveux, …) que chez les femmes d’autres origines. L’anthropologue Peter Frost, PhD, a fréquemment écrit sur ce thème (voir son blog : Evo and Proud).

Références

Janif, Z. J., Brooks, R. C., & Dixson, B. J. (2014). Negative frequency-dependent preferences and variation in male facial hair. Biology Letters, 10(4), 20130958. doi:10.1098/rsbl.2013.0958

Kimchi, T., Xu, J., & Dulac, C. (2007). A functional circuit underlying male sexual behaviour in the female mouse brain. Nature, 448(7157), 1009–14. doi:10.1038/nature06089

Robinson, D. (1976). Fashions in Shaving and Trimming of the Beard: The Men of the Illustrated London News, 1842–1972. American Journal of Sociology, 81(5), 1133–1141.


3. Réseaux : Le Nombre d’Erdos

La suite de cette section est réservée aux Abonnés Premium

  • Si vous êtes abonné : connectez-vous pour avoir accès à toutes les archives ;

  • Sinon : Utilisez le formulaire de commande en haut à droite de chaque page pour recevoir cette lettre intégrale par email.



4. Lettres Premium de la semaine

IMAGE

Les Abonnés Premium ont reçu au cours de la semaine dernière les trois articles ci-dessus et aussi : “Morale : Règle d’Or vs. Règle d’Argent “ et ”La taille d’effet”…

Cinq autres lettres seront envoyées cette semaine :

Abonnez-vous pour les recevoir !


5. Vidéo : Mensonge obligatoire

IMAGE

Que se passe-t-il quand on dit toute la vérité ?

Cette hilarante vidéo (en anglais) imagine que la voix off d’un western, celle qui connait déjà toute l’histoire, est entendue par les protagonistes :

“things might have turned out differently, if the crowd had never found out that…”

  • De : Eric Kissack
  • Ecrit par : Kevin Tenglin
  • Avec : Nick Offerman, Shawn Parsons, Scott Beehner, Timothy Brennen, Eileen O’Connell, Jordan Black

Liens :


Share Button

Citation de cette page :

(2014) : "Lettre Neuromonaco 122: La Sélection par la Fréquence". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre122.htm on 20 Dec 2014. 1145 words.

"[Lettre Neuromonaco 122: La Sélection par la Fréquence](http://neuromonaco.com/lettres/lettre122.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 30 Jun 2014



Comments are closed.

Read more:
gladiator-are-you-not-entertained-600x400
85: Comment choisit la foule ?

Comment peut-on influencer le choix que fera la masse ? Peut-on parler d'intelligence de la foule ? Sommes-nous tous des moutons manipulables ?

Close