Valeria-Lukyanova-11-440x270

34: De la beauté au design

July 19, 2012      Lettres      Philippe Gouillou      one response

Tagged with:



“Ce qui est beau est bien”, croit-on souvent. Ce biais cognitif n’est pas toujours vrai, mais on peut l’expliquer : la beauté humaine est la publicité de la fécondité, la beauté des paysages est liée à leur aptitude à permettre la survie et même la beauté des objets est liée à la compétition sexuelle.

1. La beauté humaine est de la publicité

Optical Illusion

Contrairement au proverbe, la beauté humaine n’est pas que dans l’oeil de celui qui regarde mais répond en très grande partie à des critères plus ou moins figés.

On distingue généralement trois niveaux d’influences selon leur possibilité d’être changées : sélectionnées, culturelles et circonstancielles.

Le premier niveau comprend les critères sélectionnés, qui correspondent à des signes extérieurs de santé (et chez les femmes de fécondité). Pour la beauté visuelle, ce sont principalement les marques de différenciation sexuelle, le ratio taille / hanche (WHR : “Waist to Hip Ratio”) et la symétrie droite-gauche (il y en a plein d’autres). 

Le niveau culturel est moins figé mais se construit pendant l’enfance et l’adolescence. On y retrouve la ressemblance aux parents et tout ce que la mode aura réussi à faire passer.

Il y a enfin le niveau circonstanciel qui est celui qui s’adapte en temps réel à la situation. On y retrouve notamment la quantité de masse graisseuse, les préférences des hommes variant en fonction de leur richesse ressentie (un simple priming suffit à réorienter leurs préférences).

La valeur de la beauté

Dans la compétition sexuelle, la beauté est le premier critère de valeur d’une femme. A ce niveau les hommes ont plus de chance : il leur suffit de se montrer auprès d’une voiture de luxe pour que les femmes les trouvent plus beaux et plus attirants…

Pour aller plus loin :

Image : Valeria Lukyanova


2. La beauté des paysages

Noyade

La beauté humaine n’est pas la seule à avoir une influence profonde sur notre comportement : nous sommes aussi programmés pour plus apprécier certains paysages. 

Les types de paysages préférés sont ceux qui ont tous les éléments qui supportent la vie : ensoleillé, de l’ombre, de la végétation, vue dégagée, source d’eau, etc.

La préférence pour la mer, la campagne, la montagne ou la ville dépend elle des expériences au tout début de l’adolescence. Ce dernier point s’explique par ce qu’on appelle un “programme ouvert“, c’est-à-dire un programme génétique qui ne se fige qu’après avoir pris suffisamment d’informations de l’environnement.

Photo : Saint-Cirq-Lapopie, Lot, Quercy, France (choisi village préféré des Français lors d’une émission France 2 du 26 juin 2012) – Licence WikipediaPhoto en Grand Format (1876 x 2569 px)


3. Art, Design et Esthétique

Harley Davidson par Filtran

Les deux points précédents étaient facilement explicables : liés à la survie et à la reproduction. Expliquer pourquoi et comment un object peut être considéré comme “beau” est plus complexe.

Pourtant, l’art a eu une influence majeure sur l’évolution humaine, et le design est un élément essentiel d’un produit, au point qu’il peut suffire à en faire le succès ou l’échec (ou même en être le principal intérêt).

Plusieurs éléments font cependant penser que la beauté au sens Art ou Design répond elle aussi aux règles de la compétition sexuelle et est liée à la survie et la reproduction :

  • Geoffrey Miller (2001) avait proposé que la compétition sexuelle était à l’origine de l’ensemble du développement des capacités intellectuelles humaines, dont les productions artistiques. 

  • Patrick & Hagtvedt (2010) remarquent :

“Averill, Stanat, et More (1998, 153) affirment que l’esthétique est liée aux “représentations cognitives de patterns de réponses qui contribuent, ou ont contribué, à la survie ou à l’amélioration de l’espèce, de la société ou de soi-même.”

Quelques exemples de conséquences

  • Les personnes préfèrent les objets aux contours arrondis (Bar & Neta, 2006)

  • Cette préférence s’explique probablement par leur plus grande sécurité : l’agmydale, liée à la peur, s’active plus face à des objets aux arêtes anguleuses (Bar & Neta, 2007).

  •  La tendance à reconnaître un visage dans l’avant des voitures est la même en Autriche et en Ethiopie et les mêmes caractéristiques psychologiques y sont associées (Windhager et al., 2011). 

  • Les oeuvres d’art ont un effet halo qui augmente la valeur ressentie des produits (Hagtvedt & Vanessa, 2008)

  • Contrairement à ce que beaucoup croient, même les non-spécialistes peuvent distinguer une oeuvre d’art abstrait d’une peinture similaire peinte par un enfant ou un animal (Hawley-Dolan & Winner, 2011).

Photo :pentacon bike pr0n par Filtran” – Licence CC-BY


4. Ailleurs : Affiches de propagande pour Twitter, Facebook et Google Plus

Victory! Like it on Facebook!

A voir sur La Boite Verte, une superbe série d’affiches de propagande pour les réseaux sociaux (exemple ci-dessus).

Pour rappel :

Image et Lien :Affiches de propagande pour Twitter, Facebook et Google Plus” – La Boite Verte – 8 août 2011


5. Video : Storytelling et motivation

Une des plus célèbres conférences de TED, où Simon Sinek explique le succès des grands leaders par leur renversement de l’ordre usuel “Quoi – Comment – Pourquoi” (on retrouve le storytelling présenté Lettre 4).

La vidéo en elle-même est très inspirante et son approche est excellente : il a raison. Cependant l’application n’est pas aussi systématique qu’il le fait croire : tous les postes et toutes les actions ne s’y prêtent pas directement.

TED : Simon Sinek: Comment les grands leaders inspirent l’action (VOST – 18’05)


6. Articles cités

Averill, James R., Petra Stanat, and Thomas A. More (1998), “Aesthetics and the Environment,” Review of General Psychology, 2 (2), 153-74.

Bar, M., & Neta, M. (2006). Humans prefer curved visual objects. Psychological science : a journal of the American Psychological Society / APS, 17(8), 645-8. doi:10.1111/j.1467-9280.2006.01759.x

Bar, M., & Neta, M. (2007). Visual elements of subjective preference modulate amygdala activation. Neuropsychologia, 45(10), 2191-200. doi:10.1016/j.neuropsychologia.2007.03.008

Hagtvedt, H., & Vanessa, P. (2008). The Influence of Art Infusion on the Perception and Evaluation of Consumer Products, 35(6), 795-796.

Hawley-Dolan, A., & Winner, E. (2011). Seeing the mind behind the art: people can distinguish abstract expressionist paintings from highly similar paintings by children, chimps, monkeys, and elephants. Psychological science, 22(4), 435-41. doi:10.1177/0956797611400915

Miller, G. (2001). The Mating Mind: How Sexual Choice Shaped the Evolution of Human Nature (1st ed., p. 528). New York: Anchor Books.

Patrick, V. M., & Hagtvedt, H. (2010). Aesthetic Incongruity Resolution. Journal of Marketing Research, 1-50.

Windhager, S., Bookstein, F. L., Grammer, K., Oberzaucher, E., Said, H., Slice, D. E., Thorstensen, T., et al. (2011). “Cars have their own faces”: cross-cultural ratings of car shapes in biological (stereotypical) terms. Evolution and Human Behavior. doi:10.1016/j.evolhumbehav.2011.06.003


Share Button

Citation de cette page :

(2012) : "Lettre Neuromonaco 34: De la beauté au design". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre34.htm on 20 Dec 2014. 1311 words.

"[Lettre Neuromonaco 34: De la beauté au design](http://neuromonaco.com/lettres/lettre34.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 19 Jul 2012



One Response to “34: De la beauté au design”

  1. […] un niveau plus quotidien, il explique le biais “ce qui est beau est bien” (Lettre […]

Read more:
Floating-Shiny-Knot-Monaco-Casino-600x375
61: L’impact des écrans (TV, jeux, …)

La télé détruit votre cerveau et, plus encore, elle détruit celui de vos enfants. On n'y peut rien, sauf essayer...

Close