michaelangelo-sixtine-cortex-600x277

63: Cognition incarnée : quand notre corps décide

March 18, 2013      Lettres      Philippe Gouillou      3 responses

Tagged with:



Un ordinateur pourrait-il décider à votre place ? Non, pas dans sa forme actuelle : notre pensée n’est pas indépendante de notre corps, et on découvre de plus en plus de domaines où il aura une influence déterminante sur nos décisions.

1. Intelligence Artificielle (IA) et Cognition Incarnée

Votre cerveau est votre organe le plus important... d'après votre cerveau

La “Chambre chinoise”

Une Américaine est enfermée dans une chambre en Chine, pays dont elle ne parle absolument pas la langue. Sa seule possibilité de communication est d’échanger des petits papiers contenant des idéogrammes chinois (qu’elle ne comprend pas) glissés sous la porte. Mais elle a une table de correspondance qui lui indique précisément par quel papier répondre à un message reçu : par exemple si elle reçoit 你怎么样?(comment ça va ?), elle doit répondre 我很好 (je vais bien). Une personne à l’extérieur la trouvera-t-elle intelligente ? Oui (le test de Turing est passé). Mais l’est-elle ?

Les deux Intelligences Artificielles (IA)

You are not thinking. You are merely being logical.”
Neils Bohr to Albert Einstein

Cette expérience de pensée de JR Searle (en 1980) est citée par Robin Lamarche-Perrin dans sa thèse de Master 2 (2012) sur les liens entre la philosophie et l’Intelligence Artificielle. Elle montre bien la distinction entre les deux concepts :

  • IA faible : Un système artificiel peut simuler la pensée

  • IA forte : Un système articiel peut penser

Le débat est sur la relation entre les deux : est-ce que l’IA faible implique l’IA forte ? L’inverse ? Les deux sont-ils liés ? Indépendants ? Les différentes réponses apportées au cours du temps ont non seulement façonné l’Intelligence Artificielle mais aussi toute la recherche en psychologie.

Dualisme vs Monisme

Le premier problème qui se pose est de déterminer ce qui distingue l’esprit du cortex : le cerveau sécrète-t-il la pensée comme le foie sécrète la bile ?[1]

Les Dualistes considèrent que l’esprit est, au moins partiellement, indépendant de la matière tandis que les Monistes associent les deux : si les religieux sont dualistes, toute la recherche en psychologie récente est basée sur le monisme.

Une approche moniste simple est de comparer le cerveau au matériel (un ordinateur biologique) et la pensée au logiciel : c’est le computationalisme qui affirme que, que, comme un ordinateur, le cerveau calcule (“computes”) les informations reçues pour en déduire ses états internes et les comportements.

C’est l’approche qui dominait à la fin des années 1980s, quand Tooby et Cosmides ont formalisé ce qu’ils ont appelé “Psychologie Evolutionniste”[2], mais ils ont été plus loin en inscrivant véritablement la psychologie dans la biologie (1st Principle in Tooby & Cosmides, 1997).

C’est qu’il y a une différence essentielle entre un logiciel informatique et une pensée : cette dernière dépend du substrat biologique et elle modifie ce dernier. Si vous vous entraînez régulièrement à quelque chose, vous allez modifier les connexions à l’intérieur de votre cerveau, de nouveaux chemins seront créés et des liaisons renforcées : le processeur de l’ordinateur, lui, ne changera pas avec l’entraînement[3].

Cognition incarnée

Sixtine's Cortex

La connexion entre le corps et la pensée va même encore plus loin que ce simple lien, au point qu’on parle maintenant de Cognition Incarnée (“Embodied Cognition“) : notre corps participe activement à nos processus mentaux.

L’impact est universel, comme le montrent ces quelques exemples :

  • L’injection de Botox empêche de ressentir certaines émotions (Davis et al., 2010 ; Havas et al., 2010)

  • Les personnes ont plus confiance en leurs propres capacités quand elles sont à un étage plus élevé (Sun, Wang & Li, 2011)

  • Passer une porte incite à oublier (Radvansky et al., 2011)

  • Faire des gestes aide les enfants à apprendre (Cook et al., 2008)

  • De même que les objets vers lesquels nous allons nous paraissent plus proches que ceux dont nous nous éloignons, une date future nous paraît plus proche qu’une date ancienne (exemple : dans un mois paraît plus proche qu’il y a un mois) mais cet effet de “Doppler temporel” peut être annulé par un déplacement en arrière (Caruso et al., 2013)

Application pratique

La découverte de la cognition incarnée pose évidemment de nombreux problèmes et aux philosophes et aux chercheurs en intelligence artificielle : c’est le sujet de la thèse de Robin Lamarche-Perrin. Mais elle permet aussi de mieux comprendre toutes les micro-influences de l’environnement sur les attitudes et la prise de décision.

Au niveau marketing, comme l’impact est universel, il est nécessaire de systématiquement rechercher quels sont les points essentiels dans son domaine d’activité, et pour cela d’exploiter l’énorme quantité d’études qui y sont consacrées.

Pour aller plus loin

  • La cognition incarnée était le thème de la conférence sur la psychologie de la persuasion à Ecobiz 2011 (20 Octobre), avec d’autres exemples : voir la version rédigée sur le site Neuromonaco.com.

  • La Cognition Incarnée est liée à l’efficacité du Priming (voir Lettre 2)

  • La cognition incarnée ne remet pas totalement en cause l’analogie cerveau-ordinateur même si elle la complique.

Notes

  1. Attribué à Pierre-Jean-Georges Cabanis, 1802 selon Wikipedia

  2. Comme on dit toujours “Darwinisme” pour parler de la biologie évolutionniste, alors même qu’énormément de choses ont changé depuis l’époque de Darwin, j’utilise toujours le terme “Psychologie Evolutionniste” malgré toutes les modifications qui ont été apportées aux principes originaux, parce qu’il me paraît le plus clair. Mais, de même qu’on ne dit plus “Biologie Evolutionniste” mais tout simplement “Biologie”, l’intégration de l’évolutionnisme dans la psychologie devient tellement naturel qu’il ne sera bientôt plus nécessaire de le préciser : on parlera alors directement de “Psychologie”.

  3. Sauf bien sûr pour les ordinateurs neuronaux qui cherchent justement à reproduire partiellement ce fonctionnement (Connexionisme).

Liens

Images : 1ère image : “Votre cerveau est votre organe le plus important… d’après votre cerveau“. Origine inconnue. 2ème image : l’idée semble être de Meshberger, F. L. (1990)


2. Management architectural : Apple vs Google

Apple Headquarter

Sur Quartz, Ritchie King interroge Brian Schermer, Professeur d’architecture à l’Université du Wisconsin, sur la signification et l’impact des projets architecturaux d’Apple (image ci-dessus) et Google (juste annoncé, ci-dessous : cliquer sur l’image pour une version zoomable type Google Map).

Google Headquarter

Parmi les réponses :

  • La vision de Google est peut-être de recruter des personnes attirées par la sérendipité du désordre.”

  • Apple est très précisément contrôlé. Peut-être que l’employé d’Apple est quelqu’un qui est attiré par cette vision pure – l’esthétique de Jony Ive.

On se demande toujours quelle est la partie délirante dans ce genre de discours, qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui est juste auto-félicitation des architectes, mais il est certain que, vu les différents effets montrés dans ces lettres (et notamment ceux cités ci-dessus), l’architecture de ces très grandes sociétés sera un acte majeur de communication qui aura un impact important.

    Lien :Apple’s monolithic beauty vs. Google’s chaos: What new HQs reveal about their personalities” By Ritchie King. Quartz. February 27, 2013


    3. Vos ondes cérébrales choisissent la musique

    Alex Thomson

    Après le Necomimi (les oreilles de lapin connectées présentées Lettre 31.5) Neurowear présente un nouveau projet, semble-t-il plus utile : un casque avec un capteur EEG (électro-encéphalogramme) qui détecte votre humeur et choisit la musique correspondant le mieux.

    L’avantage mis en avant par Neurowear est que cette connexion directe au cerveau vous “libère” du choix. On ne peut s’empêcher de rapprocher cette idée de la question de David Louapre citée Lettre 58.2 : peut-on parler de libre arbitre quand le cerveau décide directement ?

    Lien : micobyneurowear.com


    4. Video : la pub virale actuelle (Pepsi)

    C’est la publicité virale du moment (plus de 2 millions de vues en 24 heures) : elle a su activer les bons déclencheurs (contrôle, dominance et rupture des règles notamment).

    Selon Hickoryrecord.com, la vidéo a été produite par Gifted You, une division de Funny or Die appartenant à  Will Ferrell et environ 75 personnes auraient été employées pour la réaliser. 

    La publicité précédente de Pepsi, basée sur exactement le même principe (mais dans le monde du basket), a déjà été vue plus de 20 millions de fois pour le 1er épisode (Youtube : 4’59″) et plus de 5 M pour le 2ème (Youtube : 5’21″). A comparer avec la publicité TNT (à voir ici) qui avait été vue 11 millions de fois en 2 jours.

    Youtube :  Pepsi MAX & Jeff Gordon Present: “Test Drive” (3’46″)


    5. Articles cités

    Caruso, E. M., Van Boven, L., Chin, M., & Ward, A. (2013). The Temporal Doppler Effect: When the Future Feels Closer Than the Past. Psychological Science, 1–23. doi:10.1177/0956797612458804

    Cook, S. W., Mitchell, Z., & Goldin-Meadow, S. (2008). Gesturing makes learning last. Cognition, 106(2), 1047–58. doi:10.1016/j.cognition.2007.04.010

    Davis, J. I., Senghas, A., Brandt, F., & Ochsner, K. N. (2010). The effects of BOTOX injections on emotional experience. Emotion (Washington, D.C.), 10(3), 433–40. doi:10.1037/a0018690

    Havas, D. A., Glenberg, A. M., Gutowski, K. A., Lucarelli, M. J., & Davidson, R. J. (2010). Cosmetic Use of Botulinum Toxin-A Affects Processing of Emotional Language. Psychological science : a journal of the American Psychological Society / APS, 21(7), 895–900. doi:10.1177/0956797610374742

    Lamarche-Perrin, R. (2012). Des collaborations possibles entre philosophie et Intelligence Artificielle. UFR SH, Université Pierre-Mendès-France, Grenoble.

    Meshberger, F. L. (1990). An Interpretation of Michelangelo’s Creation of Adam Based on Neuroanatomy. JAMA: The Journal of the American Medical Association, 264(14), 1837. doi:10.1001/jama.1990.03450140059034

    Tooby, J., & Cosmides, L. (1997). Evolutionary psychology: A primer. Retrieved from http://www.psych.ucsb.edu/research/cep/primer.html

    Radvansky, G. A., Krawietz, S. A., & Tamplin, A. K. (2011). Walking through doorways causes forgetting: Further explorations. Quarterly journal of experimental psychology (2006), 64(8), 1632–45. doi:10.1080/17470218.2011.571267

    Sun, Y., Wang, F., & Li, S. (2011). Higher height, higher ability: judgment confidence as a function of spatial height perception. PloS one, 6(7), e22125. doi:10.1371/journal.pone.0022125


    Share Button

    Citation de cette page :

    (2013) : "Lettre Neuromonaco 63: Cognition incarnée : quand notre corps décide". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre63.htm on 23 Jul 2014. 1795 words.

    "[Lettre Neuromonaco 63: Cognition incarnée : quand notre corps décide](http://neuromonaco.com/lettres/lettre63.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 18 Mar 2013



    3 Responses to “63: Cognition incarnée : quand notre corps décide”

    1. [...] Un ordinateur pourrait-il décider à votre place ? Non, pas dans sa forme actuelle : notre pensée n'est pas indépendante de notre corps, et on découvre de plus en plus de domaines où il aura une influence déterminante sur nos décisions.  [...]

    2. […] 63: Cognition incarnée : quand notre corps décide […]

    Read more:
    h2G2-600x400
    76: La révolution Big Data : déjà la Singularité

    Pour expliquer un phénomène, cherchez-vous ce qui l'a causé ? Oui, certainement : c'est ainsi que le cerveau fonctionne et c'est ce...

    Close