self-esteem-440x270

13: Confiance en soi, Estime de soi et Succès

February 23, 2012      Lettres      Philippe Gouillou      3 responses

Tagged with:



L’estime de soi n’apporte rien (ou presque), le Self-Help, ça marche pas, et on n’a qu’une dose limitée de self-contrôle. Comment faire alors pour atteindre le succès ?

Sommaire

Cette lettre avait été envoyée par email le 6 février 2012 : Abonnez-vous pour les recevoir en temps réel


1. Qu’est-ce que le succès ?

Nous sommes fabriqués pour être des animaux efficaces, pas des animaux heureux.
Robert Wright (1995, p. 287)

Si chacun a sa définition du succès, plus ou moins matérielle, plus ou moins liée aux autres, on trouve quand même un point commun, qui correspond à notre programmation génétique. David C. Geary, PhD, définit la “motivation fondamentale” comme “contrôler les ressources sociales, biologiques et physiques qui supportent la survie et la reproduction” (Geary, 2003).
Le succès, c’est d’avoir ce contrôle, d’une manière ou d’une autre.

Dans ce sens, nous avons beaucoup de chance : on n’a jamais eu autant de contrôle sur notre environnement, en fait, tout lecteur de cette page a plus de contrôle sur le monde que ce dont pouvait rêver un milliardaire il y a 30 ans. 

Il y a cependant deux problèmes :

  1. Tout d’abord nous sommes en compétition et percevons notre niveau de contrôle relativement à celui dont disposent les autres : le milliardaire d’aujourd’hui a incroyablement plus de contrôle que la majorité des lecteurs (et la TV est là pour nous le rappeler quotidiennement).

  2. Ensuite, et de manière plus insidieuse, cette augmentation du contrôle n’est pas directe mais se fait au travers de machines de plus en plus complexes, donc incompréhensibles, donc sur lesquelles on a de moins en moins de contrôle. Un paysan du Moyen-Age pouvait fabriquer ou réparer tous les outils qu’il utilisait, ou au minimum savait comment il faudrait faire alors que personne de nos jours ne saurait construire ni même comprendre tous les outils qu’il utilise quotidiennement (l’électronicien le plus savant ne sera pas suffisamment motoriste, etc.). En d’autres termes, en même temps que nous avons plus de contrôle sur l’environnement au sens large, nous le perdons de plus en plus sur notre environnement le plus immédiat (les machines et outils qui sont nos intermédiaires).

Il en résulte, logiquement mais paradoxalement, une impression croissante de perte de contrôle qui augmente l’anxiété.

Ce point explique partiellement pourquoi, à l’opposé des prédictions, on constate une forte résurgence de la pensée magique, des discours et actions anti-scientifiques, et de toutes ces “quêtes de spiritualité”.

Image : XKCD #251 : CD Tray Fight. Alt text: “This is silly, of course.  The enemy will be born in the network.” – Licence CC BY-NC
Remarque : Si vous n’avez pas encore tout à fait peur de devoir bientôt abandonner tout le contrôle aux ordinateurs, voyez les courbes sur la page Wikipedia “Singularité Technologique”.


2. L’estime de soi n’apporte rien (ou presque)

Tous les jours vous lisez que si vous bénéficiiez d’une meilleure “estime de soi” tout de suite vous obtiendriez de meilleurs résultats, que ce soit dans vos études, dans votre travail et même dans votre vie personnelle. Ca ne vous culpabilise pas de penser qu’avec votre mauvaise estime de vous-même vous vous transformez en looser ?

Et bien rassurez-vous, Baumeister et al. (2003) ont montré qu’il n’y a quasiment aucun lien :

  • Les efforts pour augmenter l’estime de soi des élèves n’ont pas montré d’amélioration académique… et ont même parfois eu des résultats opposés.

  • La performance professionnelle est parfois liée à l’estime de soi … mais les corrélations ne sont pas fiables et on ne sait pas distinguer le sens de la causalité (s’il y en a une). La seule exception est la persistance après l’échec.

  • En règle générale les succès augmentent l’estime de soi … pas l’inverse.

  • Les personnes à haute estime de soi peuvent dire qu’elles sont plus agréables, ce n’est pas nécessairement le cas.

  • Il n’y a pas de lien entre le leadership et l’estime de soi…

Les auteurs concluent leur abstract par :

“Au regard de l’hétérogénéité de la haute estime de soi, les éloges indiscriminés peuvent tout aussi bien promouvoir le narcissime, avec ses conséquences moins désirables. A l’opposé, nous recommandons d’utiliser les éloges pour augmenter l’estime de soi comme une récompense pour un comportement socialement désirable ou une amélioration personnelle.”

Photo : Origine inconnue.


3. Le Self-Help, ça marche pas

La pensée positive, la visualisation du succès, et toutes ces techniques basées sur la projection mentale apparaissent non seulement inefficaces mais contreproductives :

  • La pensée positive enfonce ceux qui sont déjà mal, et qui en auraient le plus besoin (Wood et al., 2009)

  • Les visualisations positives détournent les ressources, ce qui en laisse moins pour l’action, et donc l’atteinte de l’objectif (Kappes & Oettingen, 2011)

La technique de l’implémentation d’intention (Gollwitzer, 1999), qui consiste à s’auto-programmer avec des “SI telle situation ALORS telle action” donne de meilleurs résultats (ex: Owens et al., 2008)… mais ses résultats dépendent du self-contrôle (Churchill & Jessop, 2011). Là encore, ce sont ceux qui en ont le plus besoin qui en bénéficient le moins. 

Photo : “Euphoria” par h.koppdelaney – Licence CC BY-SA


4. On n’a qu’une dose limitée de self-contrôle

Le contrôle de soi, à l’opposé, est bien corrélé au succès social et professionnel et l’atteinte de ses objectifs.

Il va même beaucoup plus loin : Moffitt et al. (2011) ont suivi 1000 enfants de la naissance à 32 ans et affirment que “le self-contrôle pendant l’enfance prédit la santé physique, la dépendance aux drogues, les finances personnelles et le casier judiciaire suivant un gradient de self-contrôle.

Le problème est qu’on n’a qu’une dose limitée de self-contrôle (liée au glucose : Gailliot et al., 2007a  Gailliot et al., 2007b), que l’on peut donc épuiser. Si vous devez déjà lutter contre une tentation, alors une nouvelle tentation trouvera le chemin plus facile (application pratique évidente !)

Photo : “Pink Sweet Hearts” par D. Sharon Pruitt – Licence CC-BY


5. Ce qui aide c’est la confiance en soi

En fait le secret du succès est de réussir à mobiliser les ressources nécessaires à l’atteinte de ses objectifs et là la confiance en soi est utile.

Il s’agit d’une confiance en soi particulière que l’on appelle Sentiment d’Efficacité Personnelle (SEP). Un excellent article sur le site Madmoizelle.com l’explique : 

“Posé par Albert Bandura, professeur de psychologie à l’Université de Standord, le concept de « sentiment d’efficacité personnelle » (aussi appelé « sentiment d’auto-efficacité ») se définit comme la croyance que nous possédons en nos propres capacités de produire une tâche. Plus précisément, selon les termes de l’auteur, « l’efficacité personnelle perçue concerne la croyance de l’individu en sa capacité d’organiser et d’exécuter la ligne de conduite requise pour produire des résultats souhaités ».”

Le SEP dépend partiellement des succès passés, on pourrait donc s’inquiéter de se retrouver à l’extérieur d’un cercle vertueux : “Pour réussir il faut déjà avoir réussi“. Comment démarrer le processus ? Heureusement il existe bien des techniques qui permettent d’augmenter directement cette confiance en soi et comment l’exploiter pour avoir plus de succès.

Lien : Madmoizelle.com : “Le sentiment d’efficacité personnelle : quand on veut, on peut ?” Pondu par Justine_ le 9 janvier 2012

Image : Murray, C. (2003). Human Accomplishment: The Pursuit of Excellence in the Arts and Sciences, 800 B.C. to 1950 (p. 688). Harper Perennial.


6. Video : Extraordinaire “Rube Goldberg machine” de Joseph Herscher

Trouvée via le blog de Richard Wiseman une incroyable machine à tourner les pages. Joseph Herscher a été interviewé par le New York Times (“Brooklyn’s Rube Goldberg“) qui détaille dans un autre article le fonctionnement de la machine (“Turning a Page, the Joseph Herscher Way” – 6 Jan 2012).

YouTube: The Page Turner (2’08”)


7. Articles cités

Baumeister, R. F., Campbell, J. D., Krueger, J. I., & Vohs, K. D. (2003). Does High Self-Esteem Cause Better Performance, Interpersonal Success, Happiness, or Healthier Lifestyles? Psychological Science in the Public Interest, 4(1), 1-44. Blackwell Publishing Limited. doi:10.1111/1529-1006.01431

Churchill, S., & Jessop, D. C. (2011). Too impulsive for implementation intentions? Evidence that impulsivity moderates the effectiveness of an implementation intention intervention. Psychology & health, 26(5), 517-30. doi:10.1080/08870441003611536

Gailliot, M. T., & Baumeister, R. F. (2007). The physiology of willpower: linking blood glucose to self-control. Personality and social psychology review : an official journal of the Society for Personality and Social Psychology, Inc, 11(4), 303-27. doi:10.1177/1088868307303030

Gailliot, M. T., Baumeister, R. F., DeWall, C. N., Maner, J. K., Plant, E. A., Tice, D. M., Brewer, L. E., et al. (2007). Self-control relies on glucose as a limited energy source: willpower is more than a metaphor. Journal of personality and social psychology, 92(2), 325-36. doi:10.1037/0022-3514.92.2.325

Geary, D. C. (2003). Hommes, femmes: l’évolution des différences sexuelles humaines. (P. Gouillou, Trans.) (1st ed., p. 481). Bruxelles: De Boeck Université. ISBN: 2-7445-0156-5

Gollwitzer, P. M. (1999). Implementation intentions: Strong effects of simple plans. American Psychologist, 54(7), 493-503. doi:10.1037/0003-066X.54.7.493

Kappes, H. B., & Oettingen, G. (2011). Positive Fantasies about Idealized Futures Sap Energy. Journal of Experimental Social Psychology, 47(4), 719-729. Elsevier. doi:10.1016/j.jesp.2011.02.003

Moffitt, T. E., Arseneault, L., Belsky, D., Dickson, N., Hancox, R. J., Harrington, H., Houts, R., et al. (2011). A gradient of childhood self-control predicts health, wealth, and public safety. Proceedings of the National Academy of Sciences. doi:10.1073/pnas.1010076108

Owens, S. G., Bowman, C. G., & Dill, C. A. (2008). Overcoming Procrastination : The Effect of Implementation Intentions. Journal of Applied Social Psychology, 38(2), 366-384. Wiley-Blackwell Publishing Ltd. doi:10.1111/j.1559-1816.2007.00309.x

Wood, J. V., Perunovic, W. Q. E., & Lee, J. W. (2009). Positive self-statements: power for some, peril for others. Psychological science : a journal of the American Psychological Society / APS, 20(7), 860-6. doi:10.1111/j.1467-9280.2009.02370.x

Wright, R. (1995). L’Animal moral. Ed. Michalon.


Share Button

Citation de cette page :

(2012) : "Lettre Neuromonaco 13: Confiance en soi, Estime de soi et Succès". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre13.htm on 20 Dec 2014. 1841 words.

"[Lettre Neuromonaco 13: Confiance en soi, Estime de soi et Succès](http://neuromonaco.com/lettres/lettre13.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 23 Feb 2012



3 Responses to “13: Confiance en soi, Estime de soi et Succès”

  1. […] n’est pas parce que le self-help n’apporte rien (voir la Lettre 13) qu’il faut déprimer : la recherche a permis de découvrir des […]

  2. […] comme le self-contrôle, le stress est lié au taux de sucre[…]

  3. […] du contrôle avait été présentée dans la section “Qu’est-ce que le succès ?” de la Lettre 13 (“Confiance en soi, Estime de soi et […]

Read more:
2081-600x300
68: Copycat : la loi de l’imitation

L'imitation ("Copycat") est un de nos comportements les plus fondamentaux : on l'utilise à la fois en tant qu'heuristique et en...

Close