power-struggle-440x270

39: Les Critères de dominance

September 17, 2012      Lettres      Philippe Gouillou      2 responses

Tagged with:



L’analyse des critères de dominance, qui déterminent la hiérarchie dans un groupe, est une façon enrichissante d’approcher et de comprendre les différentes cultures. Il ne s’agit pas d’un modèle complet, mais en marketing il suffit généralement pour découvrir quels sont les produits qui serviront au statut dans une culture, et même de découvrir lesquels aideront chacun à faire évoluer cette culture en sa faveur.

Remarque : cette lettre est complémentaire à la Lettre 11: “La Compétition Sexuelle en Marketing“.

1. Les critères de dominance

Dominance

“L’importance! Monsieur, n’est-ce rien?
Le respect des sots,
l’ébahissement des enfants,
l’envie des riches,
le mépris du sage.”

Barnave
(cité par Stendhal, “Le Rouge et le Noir“)

Vous avez remarqué tous ces cyclistes qui paient pour servir de placards publicitaires ? Ridicule, non ? Oui, vraiment, sauf si vous êtes cycliste.

C’est la règle essentielle des Critères de dominance :

Ce qui est valorisé dans une culture est souvent ridiculisé dans les autres cultures.

Les non-cyclistes considéreront justement que les cyclistes sont ridicules, de même que les cyclistes considéreront justement que les non-cyclistes sont ridicules sur d’autres points. Les deux ont raison, c’est une caractéristique du fonctionnement humain. 

L’avantage de cet exemple est qu’il n’a aucune importance : les cyclistes et ceux qui les détestent peuvent s’habiller comme ils le souhaitent, en penser ce qu’ils veulent, le risque est nul. Maintenant, comparez les critères de dominances des “Zyvas” et autres “Cailleras” avec ceux des grands scientifiques (voir Lettre 38) et vous remarquerez que l’impact peut être énorme. 

Qui va transmettre ses gènes ?

La très célèbre expérience de Robbers Cave (sherif et al., 1954 ; résumé sur Wikipedia EN) avait montré qu’il n’y a pas besoin de différences entre les membres pour que des groupes rentrent en conflit et que chaque groupe se définit des règles et des normes uniques, c’est-à-dire une culture.

Cette culture est en interaction avec la hiérarchie au sein du groupe : d’un côté les dominants auront plus d’opportunités d’imposer son orientation (en gros : les règles qui les maintiennent en position dominante), de l’autre, qui sera dominant est déterminé par la culture. 

L’explication évolutionniste est facile : dans les sociétés sans accumulation de ressources (ce qui correspond à la plus grande partie de l’histoire humaine et existe encore dans certaines régions) le statut détermine l’accès stable aux ressources (c’en est la définition) qui a un impact déterminant sur le nombre et la survie des descendants1. Nos sociétés permettent l’accumulation (et avec la monnaie le compte en banque a une forte influence sur le statut) mais le programme est resté.

Multihiérarchie

L’artiste est un escroc pour le savant, qui est une bouche inutile pour le conquérant, qui est un malfaisant pour le saint, qui est un mal baisé pour l’hédoniste, qui est un débauché pour le sage, qui est un triste sire pour l’artiste.
Dominique Nogues (“Comment rater complètement sa vie“)

Chez les poules la dominance est établie strictement et que chaque poule recevra des coûts de bécôt de ses “supérieures” et pourra en donner à ses “inférieures”. Ce phénomène a donné son nom aux hiérarchies strictes : “Pecking Order” (“Ordre des bécôts”).

Chez les humains c’est beaucoup plus complexe et chacun appartient à plusieurs des multiples hiérarchies (n° 1 dans une association, n° 3 dans une autre, etc.). Dans l’idéal, chaque hiérarchie serait adaptée à l’objectif et le plus apte y dominerait. Il reste cependant que le niveau de statut a un impact entre autres sur la biologie hormonale qui elle-même a un impact2 sur tous les positionnements hiérarchiques : celui qui a un haut statut quelque part a plus de chances d’être en situation dominante ailleurs, même s’il n’y est pas le meilleur ni le plus adapté. Il reste cependant qu’on peut parler de multiples hiérarchies, plus ou moins imbriquées / indépendantes chez les humains.

Les limites

Une autre caractéristique humaine est que les critères de dominance peuvent y être extrêmement variés. Si chez les guppies (des poissons) c’est la vivacité de la couleur qui est le principal critère, chez les humains ce peut être énormément de caractéristiques qui peuvent même ne pas être physiques. 

Chez les humains, certains critères de dominance sembleront n’avoir qu’un lien très ténu avec le fitness (i.e. : la chance de transmettre ses gènes aux générations futures) mais ils n’en sont pas totalement libérés. Les “valeurs” entrent dans ce cadre.

Wilson (1978) avait décrit les limites du culturel par l’image que la biologie tient la culture “en laisse“, la longueur de la laisse dépendant des espèces et des individus (exemple : les chimpanzés ont bien des cultures différentes selon les groupes, mais aucune n’a l’importance ni l’impact des cultures humaines).

Changer les règles

La règle d’or : Qui a l’or fait les règles.

Par définition, tout le monde ne peut pas être au top de la hiérarchie et chacun a très souvent intérêt à essayer de changer les règles (ie: modifier les critères de dominance) pour qu’elles soient plus en sa faveur. 

C’est bien ce que l’on constate : chacun va passer énormément de temps non seulement à se positionner sur les critères en cours, mais aussi à essayer de modifier discrètement ces critères en sa faveur et à les imposer aux autres. Les très nombreux débats et discussions sur “l’éthique“, “les valeurs“, “la morale“, “la responsabilité“, etc. etc. en sont des exemples frappants. On retrouve ici la “méta-communication” décrite par Paul Watzlawick (voir Lettre 22-1 : “Palo Alto : Paradoxe et niveaux en Communication“).

Application pratique

L’approche par critères de dominance est particulièrement utile en segmentation :

Son intérêt déborde bien sûr très largement le marketing.

Notes

  1. Plus généralement, chez un grand nombre d’espèces sexuées, c’est une quasi-constante : les mâles alpha auront un accès facilité aux femelles de l’espèce, les femelles alpha attireront les meilleurs mâles et pourront mieux nourrir et protéger leurs descendants.

    C’est bien sûr beaucoup plus compliqué : la femelle est définie par la taille des gamètes, ce n’est pas forcément elle qui s’occupera des enfants, l’IPM (Investissement Parental Mâle, on dit aussi : Investissement Parternel) dépend des espèces, certaines espèces ne s’occupent absolument pas des enfants (on parle de “Stratégie r” qui s’oppose à la “Stratégie K” de fort investissement), etc., etc.

  2. Le changement hormonal influera sur le comportement, l’expression du visage et les phéromones, etc. Chez les babouins, les taux de testostérones prédisent la dominance future (Beehner et al., 2005). Attention cependant : être de haut statut est aussi stressant (impact sur le taux de cortisol). 

Image  : Origine inconnue. Traduction : “Lutte pour le pouvoir : vous devez rendre très clair dès le tout début qui sera en charge“.


2. Application pratique de la psychologie : la pré-cognition

Test FenetreQue l’on puisse évaluer à l’avance le montant des dégâts produits chaque été par les orages me semblait un fait digne de considération, mais qu’il soit possible de déterminer à peu près exactement le nombre des cambriolages ou des suicides qui se commettent d’une année à l’autre, voilà qui m’inspire encore aujourd’hui de troublantes réflexions sur la société humaine et la liberté d’action accordée à chacun de ses membres.
René Clair (1976, 107)

A Santa Cruz en 2011, deux femmes ont été arrêtées alors qu’elles tentaient de forcer des voitures pour les voler. La particularité : la police les attendait, et cela pas parce qu’elle surveillait le parking ou les coupables, mais parce qu’un logiciel l’avait prévenue, en avance.

Ce logiciel se basant sur l’analyse statistique de comportements du grand nombre a été créé par une équipe composée d’un anthropologue, d’un mathématicien et d’un criminologue. Leur présentation est en ligne : Santa Cruz and Los Angeles Predictive Policing 6 month Trial (PDF).

Minority Report était de la dystopie, il s’agit là de la réalité d’aujourd’hui.

Lien : Pre-Cog Is Real – New Software Stops Crime Before It Happens” by Peter Murray.  Singularity Hub. August 29th, 2011 

Image : Minority Report, film de Steven Spielberg (2002) avec Tom Cruise, d’après la nouvelle éponyme de Philippe K. Dick (1956)


3. Science vs Idéologie

Base théorique

Un documentaire de Harald Eia a cherché à répondre au “Paradoxe Norvégien” : Pourquoi plus d’égalité (en droit) des sexes entraîne plus de différences sexuelles en comportement ?

Le documentaire montre bien le contraste entre l’approche scientifique (Anne Campbell, Simon Baron-Cohen, etc.) et l’approche idéologique (Cathrine Egeland, Joergen Lorentzen, etc.)

Il s’agit ici de la “Théorie du Genre” mais c’est un exemple généralisable.

Le documentaire montre notamment comment le ad hominem est systématiquement utilisé : les idéologues accusent les “objectifs” des scientifiques (sous-entendu : les scientifiques sont des nazis).

Image

A 34’14”, Cathrine Egeland (à droite) vient de répondre à Harald Eia qu’aucune preuve ne peut lui faire changer d’avis et à la question “Quelles sont vos bases scientifiques ?” elle répond (screenshot) : “J’ai ce que vous appelleriez une base théorique, avant d’affirmer qu’elle “sent” que la sociologie doit lutter contre les recherches scientifiques. Pour elle, les scientifiques ne savent pas remettre en question leurs croyances.

Youtube: The Gender Equality Paradox – Documentary NRK – 2011 (38’51”)

Mise à Jour : Version française (VOST)

La vidéo est disponible avec des sous-titrages en français Lettre Neuromonaco 60 : “4. Video : Théorie du Genre en Norvège”


4. Video : Modification des critères de dominance : La subversion en pratique

L’histoire récente nous offre un excellent exemple d’intervention de très grande ampleur pour modifier une culture : les actions du NKVD puis du KGB contre l’opposition intérieure et l’Occident au long du XX° siècle.

Dans cette vidéo sous-titrée en français, Youri Alexandrovitch Bezmenov (maintenant connu sous le nom de Tomas David Schuman), un ancien journaliste soviétique, explique les techniques utilisées, avec succès, par le KGB (pour qui il travaillait). 

Il suffit de remarquer dans le discours dominant actuel tout ce qui provient directement des actions décrites par Bezmenov/Schuman pour constater leur extraordinaire efficacité.  

(Remarque : il s’agit de la vidéo citée Lettre 33-5.)

Dailymotion :


5. Articles cités

Beehner, J. C., Bergman, T. J., Cheney, D. L., Seyfarth, R. M., & Whitten, P. L. (2005). Testosterone predicts future dominance rank and mating activity among male chacma baboons. Behavioral Ecology and Sociobiology, 59(4), 469–479. doi:10.1007/s00265-005-0071-2

Clair, R. (1976). Mémoires d’un innocent. Jeux du hasard (pp. 106–158).(1ère Ed. : Clair, R. (1951). La Princesse de Chine. Grasset)

Mohler, G., Brantingham, J., & Tita, G. (2011). Santa Cruz and Los Angeles Predictive Policing 6 month Trial (PDF).

Sherif, M., Harvey, O. J., White, B. J., Hood, W. R., & Sherif, C. W. (1954). Intergroup conflict and cooperation: The Robbers Cave experiment. Reading. University Book Exchange Norman. Retrieved from http://psychclassics.yorku.ca/Sherif/index.htm

Wilson, E. O. (1978). On Human Nature. Penguin.


Share Button

Citation de cette page :

(2012) : "Lettre Neuromonaco 39: Les Critères de dominance". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre39.htm on 20 Dec 2014. 1984 words.

"[Lettre Neuromonaco 39: Les Critères de dominance](http://neuromonaco.com/lettres/lettre39.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 17 Sep 2012



2 Responses to “39: Les Critères de dominance”

  1. […] reste cependant que les publicités utilisent tous les moyens pour changer les critères de dominance et valoriser des comportements simples (utiliser le produit / service). Il y a donc au minimum un […]

Read more:
007-sean-connery-600x338
83: Argent et comportement

Un simple priming de richesse suffit à modifier les comportements sociaux, mais ça marche aussi dans l'autre sens : il suffit...

Close