duck-rabbit-440x270

16: Comment augmenter sa créativité

March 15, 2012      Lettres      Philippe Gouillou      3 responses

Tagged with:



C’est la tarte à la crême actuelle, la phrase qu’il faut répéter : il faut être cré-a-tif, il faut penser dif-fé-rem-ment. Comment faire alors pour être plus créatif ? Et plus important : est-il vraiment rentable d’être créatif ?

Sommaire

Cette lettre avait été envoyée par email le 27 février 2012 : Abonnez-vous pour les recevoir en temps réel


1. Comment augmenter la “créativité”

“Calvin : You can’t just turn on creativity like a faucet.
You have to be in the right mood.
Hobbes : What mood is that?
Calvin : Last-minute panic.”
(Bill Waterson)

La créativité bénéficie actuellement d’une visibilité accrue à la fois parce qu’elle est à l’origine de l’innovation technologique, secteur économique majeur, et parce que beaucoup comptent sur elle pour sortir de la crise économique.

Elle est définie commela capacité de s’extraire de la manière conventionnelle de penser, de créer un nouveau concept en combinant deux ou plus idées qui n’apparaissent pas compatibles, et de s’extraire du contexte et voir au delà de la représentation normale.” (Sternberg & Lubart, 1999 cités par Mihov et al., 2010).

Son synonyme le plus fréquent est “Pensée divergenteet beaucoup utilisent aussi l’image de “Penser en dehors de la boîte“.

Les 4 types de créativité :

Dietrich (2004) va plus loin en proposant de distinguer 4 types d’insights créatifs, selon qu’ils sont Cognitifs ou Emotionnels et Délibérés ou Spontanés. Dans cette approche, 4 circuits neuraux différents sont impliqués :

Par définition, l’insight créatif se produit en pleine conscience. Du fait que le buffer de la mémoire de travail du cortex préfrontal contient le contenu de la conscience, chacune des 4 boucles neurales y mènent. Quand la créativité est le résultat d’un contrôle délibéré, par opposition à une génération spontanée, le cortex préfrontal initie aussi le processus créatif.

La matrice ci-dessus correspond à la figure 1 de l’article de Dietrich avec des exemples ajoutés par Susan Weinschenk.

Les généralités :

  • La créativité n’a rien à voir avec le “cerveau droit” : le modèle de Sperry des deux hémisphères, l’un logique l’autre créatif, est maintenant rejeté (pour une synthèse, voir Duggan, 2010)

  • La créativité est le plus souvent mesurée par le TTCT : “Torrance Tests of Creative Thinking” (Torrance, 1966) traduit en 35 langues. Il avait été créé en 1966 et a depuis été renormé 5 fois (1974, 1984, 1990, 1998, et 2008).

  • La créativité est liée au QI (ex: Kim, 2008 ; Mccann, 1992) et notamment au QI non verbal chez les Aspergers (Liu et al., 2011). A noter que Kim (2006) reproche au test de Torrance (TTCT) son manque de validité pour les hauts QI.

  • Les hommes présentent plus de variation de créativité : il y a plus d’hommes que de femmes très créatifs et plus d’hommes que de femmes peu créatifs (He & Wong, 2011). Cette différence sexuelle ne surprend pas : une plus grande variation masculine est retrouvée sur quasiment tous les critères psychologiques mesurés.

  • La créativité stagne ou baisse depuis 1990 (Kim, 2011) alors même que l’effet Flynn s’est poursuivi pendant une bonne partie de cette période (l’effet Flynn est la forte hausse du QI mesuré au cours du XX° siècle, obligeant à un renormage fréquent des tests. On considère maintenant qu’il s’agissait juste d’un biais dû à l’outil de mesure (les tests) et l’effet Flynn s’est même maintenant inversé (ie : le QI baisse) dans de nombreux pays).

Pour tester soi-même sa créativité :

Wiseman et al. (2011) ont trouvé que les personnes plus créatives ont plus de facilité à basculer mentalement de la vue d’un lapin à celle d’un canard (et vice-versa) dans la célèbre illusion “duck-rabbit”.

Leur étude va bien sûr beaucoup plus loin mais elle permet déjà à chacun de se tester soi-même sur l’image ci-jointe (ou sur les 10 autres que Richard Wiseman a rassemblées sur son blog). 

Ce qui augmente la créativité :

  • Le bilinguisme :
    Les bilingues sont plus créatifs et meilleurs en résolution de problèmes (Cushen & Wiley, 2011). Ils présentent en général une plus grande souplesse de raisonnement.

  • Certaines maladies :
    Les individus souffrant de bipolarité et les frères et soeurs sains de schizophrènes et bipolaires sont sur-représentés dans les professions créatives.” (Kyaga et al., 2011).
    Les liens entre créativité et syndrome d’Asperger sont plus complexes. Craig & Baron-Cohen (1999) avaient trouvé un impact négatif, Liu et al. (2011) y voit un impact positif mais seulement dans les domaines d’intérêt des Aspies (plus grande originalité mais plus faible flexibilité), sans être certain que cet effet ne soit pas simplement dû à leurs plus grandes connaissances dans ces domaines. D’un autre côté ce sont les Aspies qui ont créé et créent encore notre monde technologique…

  • La couleur bleue (Mehta & Zhu, 2009)

  • S’allonger sur le dos (Lipnicki & Byrne, 2005)

  • Créer pour les autres, pas pour soi : nos décisions sont plus créatives dans ce cas (Polman & Emich, 2011)

  • Etre rejeté, au moins pour l’art : Akinola & Mendes (2008) ont trouvé que le rejet social augmente la créativité artistique.

  • Un niveau modéré de contraintes : Joyce (2009) a trouvé que trop ou pas assez de contraintes pouvaient tuer la créativité (courbe en U inversé).

Ce qui diminue la créativité :

  • Les brainstormings :
    La méta-analyse de Mullen et al. (1991) avait montré qu’en règle générale : les groupes utilisant le brainstorming sont significativement moins productifs que les autres groupes, tant en termes de quantité que de qualité. Dans 59 Seconds: Change Your Life in Under a Minute (p 110), Richard Wiseman rapproche cet effet aux études du début du siècle dernier de Max Rigelmann qui avaient montré que le simple fait d’être dans un groupe réduit l’effort individuel. Mais ce n’est pas la seule explication : dans un article sur Strategie + Business de fin 2010, William Duggan rappelle que le brainstorming se fonde sur un modèle réfuté du cerveau (l’opposition cerveau gauche – cerveau droit) et il y a aussi l’effet “réunion” (ci-après).

  • Les réunions :
    Les tests de Kishida et al. (2012) ont trouvé que les contraintes de positionnement et d’auto-promotion au sein des réunions provoquent directement une baisse des capacités cognitives (le QI exprimé) chez de nombreuses personnes.

  • L’insécurité professionnelle :
    Probst et al. (2007) ont testé des étudiants et des employés et ont obtenus dans les deux cas le même résultat : stresser les employés sur l’insécurité de l’emploi va augmenter la productivité … et baisser la créativité…
    Eric Barker remarque sur Bakadesuyo
     : “Il est intéressant de noter que cette plus forte productivité va probablement inciter les entreprises à moins embaucher, perpétuant ainsi le cycle.

Photomontage : Origine inconnue. Citation de Frank Zappa (Chanteur-Compositeur, USA, 1940-1993)
Matrice de la créativité :100 Things You Should Know About People: #57 — There Are 4 Types Of Creativity” Written on February 3, 2011 by Susan Weinschenk
Duck-Rabbit Illusion :Worlds best duck-rabbit illusion?” Richard Wiseman –  December 21, 2011


2. Pourquoi il ne faut PAS être créatif

Dans son 974° dessin (ci-dessus) XKCD résume bien “Le Problème Général” (ainsi qu’il l’a nommé). Il rajoute même en commentaire :

“Il me semble que quand quelqu’un prend le temps de faire quelque chose correctement au présent, il est un perfectionniste incapable de prioritiser, alors que quand quelqu’un a pris le temps de faire quelque chose correctement dans le passé, alors il est un maître artisan particulièrement clairvoyant.”

La créativité, l’inventivité et même l’innovation ne paient en effet que rarement au présent, au contraire, et les études montrent que ce n’est pas le pire problème.

Si vous voulez être créatif, préparez-vous à :

  • Etre le plus détesté par les enseignants pendant vos études. Westby & Dawson (1995) avaient demandé à des professeurs de classer des élèves fictifs décrits selon des caractéristiques correspondant, ou non, à une forte créativité. Leur conclusion : “Les jugements pour les étudiants favoris étaient négativement corrélés avec la créativité ; les jugements pour les moins aimés des étudiants étaient positivement corrélés avec la créativité.

  • Au bureau : perdre vos chances de devenir PDG et même plus généralement baisser votre leadership (Mueller et al., 2010).

  • Lié au point précédent : perdre les avantages de la technique du Robinet d’eau tiède (Lettre 10) et avoir plus de difficulté à générer la confiance.

  • Et plus généralement : avoir vos idées rejetées par tous ou presque, dont tous ceux qui vous serinent quotidiennement sur l’importance de la créativité (Mueller et al., 2011) et dont votre hiérarchie qui favorisera la conformité et de l’uniformité (Staw, 1995).

En résumé, être créatif signifie : études plus difficiles, salaire plus faible, statut plus bas, options de carrières restreintes, moins de confiance et opposition de tous. Vous ne trouvez pas qu’il vaut mieux éviter d’être créatif et répéter avec tout le monde que la créativité est essentielle ?

Dessin : XKCD #974: “The General Problem” – Licence : CC BY NC


3. Les chiffres de l’innovation en Europe

L’innovation ne dépend pas que de la créativité mais il est intéressant de remarquer que, selon cette étude, elle dépend en Europe de la latitude. En effet, si on ne tient pas compte des anciens pays communistes pas encore totalement remis, le Nord innove et le Sud suit (l’effet serait encore plus net en distinguant plus de couleurs) :

La comparaison internationale sur les mêmes critères (page 16 du rapport) :

Trouvé via : L’Usine Nouvelle : “La France toujours 11e au tableau de bord européen de l’innovation” – 7 février 2012 par Aurélie Barbaux

Graphiques et lien :INNOVATION UNION SCOREBOARD 2011: The Innovation Union’s performance scoreboard for Research and Innovation” (Mise en rouge de la France et barre indiquant la moyenne européenne ajoutées sur le premier graphique).
Carte : Coloriage personnel sur fond vierge trouvé à : histgeo.ac-aix-marseille.fr


4. Vidéo : OK Go + Rube Goldberg Machine =…

La Lettre 13 (“Confiance en soi, Estime de soi et Succès“) avait montré une Rube Goldberg Machine et la Lettre 14 (“S’adapter ou mourir ?“) la dernière vidéo du groupe OK Go (la publicité voiture). Que se passe-t-il quand on mélange les deux ? Réponse ci-dessus. (conseil : laisser du son pour apprécier la synchronisation avec les événements)

YouTube: OK Go – This Too Shall Pass – Rube Goldberg Machine version – Official (3’54”)


5. Articles cités

Akinola, M., & Mendes, W. B. (2008). The dark side of creativity: biological vulnerability and negative emotions lead to greater artistic creativity. Personality and social psychology bulletin (Vol. 34, pp. 1677-86). doi:10.1177/0146167208323933

Campbell, H. L., Tivarus, M. E., Hillier, A., & Beversdorf, D. Q. (2008). Increased task difficulty results in greater impact of noradrenergic modulation of cognitive flexibility. Pharmacology, biochemistry, and behavior, 88(3), 222-9. doi:10.1016/j.pbb.2007.08.003

Craig, J., & Baron-Cohen, S. (1999). Creativity and imagination in autism and Asperger syndrome. Journal of autism and developmental disorders, 29(4), 319-26. Pubmed: 10478731

Cushen, P. J., & Wiley, J. (2011). Aha! Voila! Eureka! Bilingualism and insightful problem solving. Learning and Individual Differences, 21(4), 458-462. Elsevier Inc. doi:10.1016/j.lindif.2011.02.007

Dietrich, A. (2004). The cognitive neuroscience of creativity. Psychonomic bulletin & review, 11(6), 1011-26. Pubmed: 17434412

Duggan, W. (2010). How aha! really happens. strategy + business, (61), 1-4.

Gino, F., & Ariely, D. (2011). The dark side of creativity: Original thinkers can be more dishonest. Journal of personality and social psychology. doi:10.1037/a0026406

He, W.-jing, & Wong, W.-chi. (2011). Gender differences in creative thinking revisited: Findings from analysis of variability. Personality and Individual Differences, 51(7), 807-811. doi:10.1016/j.paid.2011.06.027

Joyce, C. (2009). The blank page: effects of constraint on creativity. papersssrncom. SSSRN: 1552835

Kim, K. H. (2006). Can We Trust Creativity Tests ? A Review of the Torrance Tests of Creative Thinking ( TTCT ). Creativity Research Journal, 18(1), 3-14.

Kim, K. H. (2008). Meta-analyses of the relationship of creative achievement to both IQ and divergent thinking test scores. Journal Of Creative Behavior, 42(2), 106-131.

Kim, K. H. (2011). The Creativity Crisis: The Decrease in Creative Thinking Scores on the Torrance Tests of Creative Thinking. Creativity Research Journal, 23(4), 285-295. doi:10.1080/10400419.2011.627805

Kishida, K. T., Yang, D., Quartz, K. H., Quartz, S. R., & Montague, P. R. (2012). Implicit signals in small group settings and their impact on the expression of cognitive capacity and associated brain responses. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 367(1589), 704-716. doi:10.1098/rstb.2011.0267

Kyaga, S., Lichtenstein, P., Boman, M., Hultman, C., Långström, N., & Landén, M. (2011). Creativity and mental disorder: family study of 300 000 people with severe mental disorder. The British journal of psychiatry : the journal of mental science, bjp.bp.110.085316-. doi:10.1192/bjp.bp.110.085316

Lipnicki, D. M., & Byrne, D. G. (2005). Thinking on your back: solving anagrams faster when supine than when standing. Brain research. Cognitive brain research, 24(3), 719-22. doi:10.1016/j.cogbrainres.2005.03.003

Liu, M.-J., Shih, W.-L., & Ma, L.-Y. (2011). Are children with Asperger syndrome creative in divergent thinking and feeling? A brief report. Research in Autism Spectrum Disorders, 5(1), 294-298. Elsevier Ltd. doi:10.1016/j.rasd.2010.04.011

Mccann, M. (1992). The Creativity / IQ Interface : Old Answers and Some New Questions, 1-18.

Mehta, R., & Zhu, R. J. (2009). Blue or red? Exploring the effect of color on cognitive task performances. Science (New York, N.Y.), 323(5918), 1226-9. doi:10.1126/science.1169144

Mihov, K. M., Denzler, M., & Förster, J. (2010). Hemispheric specialization and creative thinking: A meta-analytic review of lateralization of creativity. Brain and cognition, 72(3), 442–448. Elsevier.

Mueller, J. S., Goncalo, J. A., & Kamdar, D. (2010). Recognizing creative leadership: Can creative idea expression negatively relate to perceptions of leadership potential? Journal of Experimental Social Psychology. doi:10.1016/j.jesp.2010.11.010

Mueller, J. S., Melwani, S., & Goncalo, J. A. (2011). The Bias Against Creativity: Why People Desire but Reject Creative Ideas. Psychological science. doi:10.1177/0956797611421018

Mullen, B., Johnson, C., & Salas, E. (1991). Productivity Loss in Brainstorming Groups: A Meta-Analytic Integration. Basic and Applied Social Psychology, 12(1), 3-23. Lawrence Erlbaum Associates. doi:10.1207/s15324834basp1201_1

Polman, E., & Emich, K. J. (2011). Decisions for Others Are More Creative Than Decisions for the Self. Personality & social psychology bulletin. doi:10.1177/0146167211398362

Probst, T. M., Stewart, S. M., Gruys, M. L., & Tierney, B. W. (2007). Productivity, counterproductivity and creativity: The ups and downs of job insecurity. Journal of Occupational and Organizational Psychology, 80(3), 479-497. doi:10.1348/096317906X159103

Staw, B. M. (1995). Why No One Really Wants Creativity. In C. Ford & D. Gioia (Eds.), Creative Action in Organizations: Ivory Tower Visions and Real Voices. Sage, Inc.

Torrance, E. P. (1966). The Torrance Tests of Creative Thinking-Norms-Technical Manual Research Edition-Verbal Tests, Forms A and B-Figural Tests, Forms A and B. Princeton, NJ: Personnel Press.

Westby, E. L., & Dawson, V. L. (1995). Creativity: Asset or Burden in the Classroom? Creativity Research Journal, 8(1), 1-10. doi:10.1207/s15326934crj0801_1

Wiseman, R. (2009). 59 Seconds: Change Your Life in Under a Minute (1st ed., p. 336). Anchor.

Wiseman, R., Watt, C., Gilhooly, K., & Georgiou, G. (2011). Creativity and ease of ambiguous figural reversal. British journal of psychology (London, England : 1953), 102(3), 615-22. doi:10.1111/j.2044-8295.2011.02031.x


Share Button

Citation de cette page :

(2012) : "Lettre Neuromonaco 16: Comment augmenter sa créativité". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre16.htm on 20 Dec 2014. 2643 words.

"[Lettre Neuromonaco 16: Comment augmenter sa créativité](http://neuromonaco.com/lettres/lettre16.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 15 Mar 2012



3 Responses to “16: Comment augmenter sa créativité”

  1. […] Probst et al. (2007) ont testé des étudiants et des employés et ont obtenus dans les deux cas le même résultat : stresser les employés sur l’insécurité de l’emploi va augmenter la productivité … et baisser la créativité… Eric Barker remarque sur Bakadesuyo : “ Il est intéressant de noter que cette plus forte productivité va probablement inciter les entreprises à moins embaucher, perpétuant ainsi le cycle. “ L’insécurité professionnelle : 16: Comment augmenter sa créativité | Neuromonaco […]

  2. […] thème en était la Psychologie de la Créativité (en complément à la Lettre 16) et plus précisément sur ce qui aide, ou pas, à être plus créatif. Les points abordés à la […]

  3. […] management, l’autre orientée expertise. Cette solution permet notamment de sauvegarder la créativité (qui s’oppose partiellement au […]

Read more:
watches-600x400
113: La mémoire incarnée

Les expériences de "sortie du corps" démontrent l'efficacité de la technique consistant à reprendre la même position corporelle pour raviver...

Close