politically-correct-toilets-440x270

42: Guerre des sexes : la fin ?

October 8, 2012      Lettres      Philippe Gouillou      one response

Tagged with:



C’est annoncé et prédit chaque année : nous allons connaître la fin de la guerre des sexes. Pourtant, chaque année aussi, les stylistes “redécouvrent la femme” et le gender marketing est de plus en plus à la mode. Comment faire ? Pour avoir une chance de faire une bonne prédiction, il faut repartir des bases, et notamment du fait qu’on ne peut pas bien distinguer les hommes des femmes.  

1. Fin de la guerre des sexes ?

Adidas : Orange(s) Si A est de la même espèce que B et B est de la même espèce que C alors C est-il de la même espèce que A ?

Pas toujours : c’est le problème des Ring Species (“Espèces en Anneaux”) où C n’est plus de la même espèce que A, sans que l’on puisse positionner le saut d’espèce1. Un des rares exemples est le Pouillot verdâtre en Himalaya : lire l’excellente synthèse par David Louapre sur Science Etonnante (voir aussi la page “Variation Clinale” sur Wikipedia FR).

Le problème est majeur : nous nous retrouvons avec une classification essentielle de la vie, qui nous sert en permanence, qui au final est floue, voire indéfinissable.

C’est le problème général : toutes les classifications suffisamment complètes sont floues, il y a intersection, doute, difficulté.

Qu’est-ce qu’une femme ?

Le problème de la distinction des espèces ne se pose que rarement en marketing, mais il est une autre distinction qui elle est fondamentale en segmentation alors qu’elle est encore plus floue : on sait encore moins distinguer les sexes2 que les espèces.

Du fait de la compétition sexuelle, nous savons généralement distinguer les deux sexes : rares sont les humains qui confondront Arnold Schwarzenegger et Sharon Stone. Oui, mais quid des intersexués (“Gender Identity Diagnosis“), des transsexuels et de ce que les américains nomment précisément “Traps” (pièges) ?

Dans un article sur Slate,  Amanda Schaffer remarque que même la technique choisie par le CIO pour distinguer les sexes n’est pas valide pour 5% des athlètes hommes et 6% des athlètes femmes. Et Bernard Boursicot avait pu croire pendant 20 ans que Shi Pei Pu était une femme !

Vers la fin de la guerre des sexes ?

Elles sont intelligentes, dévouées et responsables,
on parle bien sûr des filles.

Marketing Attitude

Faut-il alors remettre en cause la classification par le sexe ?

C’est ce que Faith Popcorn (2010) avait annoncé pour 2011 : nous devions rentrer dans l’Ere du EN-GEN (“ENd of GENder”), une ère “Ni masculine Ni féminine : Juste humaine“. Pour l’instant cette prédiction n’est visiblement pas encore validée, mais n’est-ce qu’une question de temps ?

En fait, très probablement non :

  • Sur le grand nombre, les différences sexuelles existent et ne sont pas prêt de changer.

  • Chaque année, à la saison des défilés, les journalistes nous apprennent que tel ou tel styliste redécouvre / réinvente / fait renaître / etc. la femme.

  • Le 11 septembre 2001 avait détruit le féminisme extrémisme. Il s’est partiellement revigoré depuis mais toute forte montée du danger aura le même effet destructeur.

  • Les techniques de drague basées sur une masculinité beaucoup plus affirmée se sont développées et montrent toujours leur succès tandis que les hommes féminins ne sont toujours pas appréciés (critique amusante : “Le chieuse“).

  • La raison en est que les femmes sont d’excellents détecteurs de dominance, s’adaptent généralement en temps réel aux évolutions hiérarchiques, et l’affichent très souvent : se rappeler le film Crocodile Dundee. Avantage : il suffit souvent d’observer les femmes dans un groupe pour avoir une approche précise des statuts (dans les deux sexes).

  • Le mythe que la compétition sexuelle ne serait forte, destructrice et envahissante que chez les hommes n’est en effet qu’un mythe : l’espèce humaine se caractérise justement par un très haut niveau de compétition sexuelle entre les femmes.

  • Les évolutions démographiques diluent le féminisme et l’égalité des sexes qui s’étaient développés en Occident (et quasiment seulement en Occident).

  • Plus psychologique : quand une classification est perçue comme importante, chacun cherche à y correspondre, à s’y intégrer, et fera des efforts pour cela (c’est le pouvoir des classifications), or la distinction par le sexe est au fondement de la procréation. 

Un an après Faith Popcorn a totalement bouleversé ses prédictions : elle annonce maintenant le “She-Change“, c’est-à-dire l’impact des femmes (notamment les plus jeunes) sur l’avenir de la société. Elle conclut :

“Le SHE-CHANGE est exactement ce dont a besoin la société maintenant. Nous avons besoin de privilégier la compassion sur la compétition, l’innovation sur l’invasion. L’introduction de ce nouveau pouvoir féminin dans tous les aspects de nos vies apportera une nouvelle ère de productivité et de paix.”

Ce n’est donc plus la fin de la guerre des sexes au profit de l’individu, c’est la défaite cuisante des hommes, au profit des vieux mythes féministes. Peut-être sera-t-il prudent d’attendre décembre ou janvier pour avoir ses prédictions 2013…

Application pratique

La segmentation par le sexe devrait donc rester valide pendant encore au moins “un certain temps”. Mais il faut en même temps se rappeller ses limites et agir en fonction :

  • Ne pas confondre Description et Prescription : les différences moyennes constatées sur le grand nombre ne sont en rien des obligations individuelles : constater que beaucoup de Parisiens viennent en vacances sur la Côte (description) est totalement différent de forcer ces Parisiens à venir (prescription). De même constater que les femmes sont plus attirées que les hommes par certains métiers de contacts humains est totalement différent d’interdire aux femmes les métiers techniques…

  • Privilégier les segmentations transversales basées sur d’autres critères, comme (entre autres) celles présentées Lettre 31: “Segmentation Psychologique & Stratégies Reproductives“.

  • Généraliser la classification en axe : féminin ↔ masculin, grand ↔ petit, etc.

  • Recycler les vieux mythes (la femme est compassion, amour, paix, coopération, etc., etc., par le simple fait qu’elle est femme) marche toujours très bien auprès des femmes (exemple : citation de Marketing Attitude ci-dessus).

Pour aller plus loin

Notes : 

  1. La définition la plus utilisée de l’espèce est celle de Mayr (1942) : “Une espèce est une population ou un ensemble de populations dont les individus peuvent effectivement ou potentiellement se reproduire entre eux et engendrer une descendance viable et féconde, dans des conditions naturelles.

    Remarque : L’espèce se subdivise généralement en “Races” dans le Règne animal et en “Variétés” dans le Règne végétal, mais les intersections sont tellement nombreuses que la taxonomie s’arrête très souvent à l’Espèce.

  2. La femme est la femelle de l’espèce humaine : une femelle se définissant dans une espèce sexuée comme le sexe ayant les plus grosses cellules reproductives.

Liens :


2. Différence sexuelle : les hommes reconnaissent mieux les objets, les femmes les êtres vivants

Dans la Lettre 11-2 nous avions vu comment rendre votre produit plus masculin (ou féminin). Une nouvelle étude de McGugin et al. (2012) apporte une nouvelle arme pour sexualiser la communication : les femmes reconnaissent mieux les êtres vivants et les hommes mieux les voitures.

Pour ce faire ils ont créé un nouveau test de reconnaissance d’objets (le Vanderbilt Expertise Test: VET) qui distingue 8 nouvelles catégories (feuilles, chouettes (oiseaux), papillons, échassier (oiseaux), champignons, voitures, avions et motos). Leur objectif était de voir si la capacité à reconnaître une image d’une de ces catégories était liée à la capacité dans d’autres catégories.

Grâce à l’Analyse par Composante Principale1, ils ont en effet trouvé qu’il existe bien une compétence générale et des compétences spécifiques2 à chaque catégorie, et c’est ainsi qu’ils ont trouvé une forte différence sexuelle : les hommes étaient meilleurs pour les véhicules, et les femmes pour les êtres vivants. 

Ils ont alors ajouté des catégories qui ont confirmé cette découverte. Le point important est que quand ils ont ajouté un test de reconnaissance de visage, celui-ci était corrélé avec la reconnaissance d’êtres vivants chez les femmes et d’objets chez les hommes. 

Pour aller plus loin

Il faut généralement une demi seconde entre deux images pour que la deuxième soit reconnue (c’est le « clignotement attentionnel » : « Attentional Blink » en anglais). Choi et al. (2012) ont pu entraîner des sujets pour que ce délai descendre à 1/5ème de seconde. Voir : “[Traduction] Un entraînement simple permet d’augmenter la rapidité d’identification d’objets chez l’être humain.Amplicog.fr (G.R.E.A.C.). 27/07/2012

Notes

  1. Pour une explication très pédagogique de l’ACP, voir “Comment nos gènes trahissent nos origines.” Par David Louapre. Science étonnante. 16 mai 2011

  2. L’Analyse par Composante Principale est la méthode ayant permis de découvrir l’Intelligence Générale (le Facteur g : voir Lettre 38). Chaque item d’un test de QI est “chargé” en “g” le facteur général, le reste étant spécifique (“s”) à l’item. Le principe est le même ici.

Photo : “Quelques-unes des images utilisées dans le test de reconnaissance d’objet” (Credit: Gauthier Lab), via : “Sex Matters: Men Recognize Cars and Women Recognize Living Things Best, Psychological Analysis Finds.” ScienceDaily. Sep. 17, 2012


3. Management : faut-il se ressembler pour collaborer ?

Ambigram by John Langdon (Tatouage)

Keller et al. (2007) ont validé l’hypothèse que les musiciens arrivent à jouer “au temps” parce qu’ils imaginent comment ils joueraient à la place des autres.

Pour ce faire ils sont simplement testé la synchronicité de musiciens jouant en écoutant d’autres musiciens ou eux-mêmes.

Des applications en management ? Faut-il mettre ensemble des gens qui se ressemblent ?

Pas nécessairement : les différences peuvent être perçues comme un avantage. Cependant tant le succès des “formations à la diversité” nécessaires dans de nombreuses organisation que la forte tendance des sociétés internationales à placer comme chef de produit des personnes ressemblant le plus possible à la cible suffisent à montrer que l’effet est important.

Remarques :

  • Cette étude s’inscrit bien dans ce qui avait été décrit Lettre 25 (“Vivons-nous dans le même monde ?“)

  • Le lien entre ressemblance et altruisme et générosité (dessin ci-dessus) est connu.


4. Vidéo : Monologue d’Otis

Savoir se présenter en moins d’une minute est maintenant une compétence demandée. Il est souvent conseillé d’être à cette occasion un pur robinet d’eau tiède (Lettre 10) : Edouard Baer en fait ici une démonstration de haut volume !

Youtube: monologue d’otis (edouard baer) asterix mission cleopatre (51″)


5. Articles cités

IOC Regulations on Female Hyperandrogenism. (2012).

Choi, H., Chang, L.-H., Shibata, K., Sasaki, Y., & Watanabe, T. (2012). Resetting capacity limitations revealed by long-lasting elimination of attentional blink through training. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 109(30), 12242–7. doi:10.1073/pnas.1203972109

Herlitz, A., & Rehnman, J. (2008). Sex Differences in Episodic Memory. Current Directions in Psychological Science, 17(1), 52–56. doi:10.1111/j.1467-8721.2008.00547.x

Keller, P. E., Knoblich, G., & Repp, B. H. (2007). Pianists duet better when they play with themselves: on the possible role of action simulation in synchronization. Consciousness and cognition, 16(1), 102–11. Pubmed: 16466932

Mayr, E. (1942). Systematics and the origin of species, from the viewpoint of a zoologist. New York: Columbia University Press.

McGugin, R. W., Richler, J. J., Herzmann, G., Speegle, M., & Gauthier, I. (2012). The Vanderbilt Expertise Test reveals domain-general and domain-specific sex effects in object recognition. Vision research, 69, 10–22. doi:10.1016/j.visres.2012.07.014

Popcorn, F. (2010). 2011: The Year of En-Gen. Brain Reserve’s Predictions, (December), 1–5. 

Popcorn, F. (2012). The She-Change. Brain Reserve’s Predictions, (January), 1–4.


Share Button

Citation de cette page :

(2012) : "Lettre Neuromonaco 42: Guerre des sexes : la fin ?". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre42.htm on 20 Dec 2014. 2255 words.

"[Lettre Neuromonaco 42: Guerre des sexes : la fin ?](http://neuromonaco.com/lettres/lettre42.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 08 Oct 2012



One Response to “42: Guerre des sexes : la fin ?”

  1. @Mimbrerooo says:

    42: Guerre des sexes : la fin ?

    Read more http://t.co/PiBmWBT3 http://t.co/PiBmWBT3

Read more:
tiseb-45661756_706fae4dc9_o-600x400
70: Le facteur humain (2/2) : la réciprocité

Etre inhumain est mal, mais être humain entraîne des conséquences qu'il vaut mieux connaître : l'opposition usuelle entre le matérialisme des...

Close