durante-2011-440x270

48: Les hormones qui décident pour vous

November 19, 2012      Lettres      Philippe Gouillou      one response

Tagged with:



Il n’y a pas que les femmes qui sont très largement influencées par leurs hormones : les hommes aussi.

1. Femmes : Cycle menstruel et décision

Michele Obama vs Carla Bruni

1.1. Choix politique

Une semaine avant les élections US, Elizabeth Landau a publié dans CNN un article rapportant la dernière étude de Kristina Durante, Arsena & Griskevicius (Forthcoming) sur l’influence du cycle menstruel sur les orientations politique. De nombreux bloggers1 et journalistes ont hurlé, et CNN a retiré l’article, parce qu’il ne correspondait pas à ses “valeurs” (“editorial standards”). 

Durante et al. ont distingué 4 groupes de femmes en fonction de leur situation (en couple ou seules) et de leur position dans leur cycle menstruel. Elles ont d’abord trouvé un fort impact croisé sur la religiosité :

Fertilité élevée

Fertilité basse

Célibataire

Religiosité : -

Religiosité : +

En couple

Religiosité : +

Religiosité : -

Et surtout la même inversion sur l’orientation politique :

Moot - TED 2010

1.2. Hormones et comportement

Le point important est que l’influence existe sur même quelque chose d’aussi abstrait que la politique. C’est bien sûr dans tout ce qui concerne la procréation que l’influence hormonale est la plus forte: les femmes en période de fécondité sont : plus attirées par des hommes plus masculins (exemple : Penton-Voak & Perrett, 2000), plus “Cad” (“muffles”) que “Dad” (“papa”)), auront un style de relations interpersonnelles plus chaud (qui correspond à ce que préfèrent les hommes : Markey & Markey, 2011), auront plus de relations sexuelles hors couple officiel, et seront plus en compétition sexuelle entre elles. 

1.3. Compétition sexuelle et habillement

L’impact marketing existe au niveau du type d’achat : les femmes en période pré-ovulatoire s’habillent plus sexy, se maquillent plus et achètent une plus grande part de produits sexys.

Le lien avec la compétition sexuelle a été démontré par Durante et al. (2011), au travers du Priming2. Ils ont montré à des femmes en période haute ou basse de fécondité des photos d’hommes et de femmes beaux ou non, et leur ont demandé de faire un achat de vêtements en ligne. Les résultats ont été net :

Durante et al., 2010

1.4. Quelques-uns des autres effets connus

  • Créativité : Les femmes ne prenant pas la pilule montrent plus de créativité en phase pré-ovulatoire (Krug et al., 1994)

  • Langage : les hommes imitent moins les tournures de langage des femmes quand celles-ci sont en phase pré-ovulatoire (Coyle & Kaschak, 2012)

  • Beauté : les femmes en période pré-ovulatoire sont jugées plus belles (Roberts et al., 2004)

Notes

  1. Dont ceux-là même dénoncés par Ryan Hollyday, voir Lettre 35: “Comment manipuler les médias

  2. Explications Lettre 2: “Manipuler sans se faire prendre : Priming et Subliminal

Liens


2. Hommes et Testostérone

HashtableLes hommes ne montrent pas le même cycle hormonal régulier que les femmes mais il ne faut pas en déduire qu’ils ne seraient pas eux aussi soumis à leurs taux hormonaux. C’est notamment le cas du (célébrissime) taux de testostérone. 

2.1. Handicap

Le principe est qu’un fort taux de testostérone est difficile à soutenir sur le long terme (seuls les meilleurs le peuvent) ce qui signifie qu’il est un “Handicap” au sens de la théorie du signalement de Amotz Zahavi présentée lettre 9 (“Comment être sûr de ne pas être trompé ? La Théorie du Handicap“), et chez les babouins il prédit même la dominance future (Beehner et al., 2005). 

2.2. Ratio 2D:4D

Le taux de testostérone prénatal peut être facilement remarqué : il suffit de comparer les longueurs respectives de l’index et de l’annulaire, qui est du aux stéroïds sexuels aux alentours de la 14ème semaine de grossesse. Un petit ratio 2D/4D (ie: index beaucoup plus petit que l’annulaire) est un signe d’un fort taux de testostérones (exemple : Fink et al., 2003). 

2.3. Les facteurs de variation

Le taux de testostérone circulante est fortement d’origine génétique à l’âge adulte, mais ses variations individuelles sont liées à l’âge et à certaines circonstances : Par exemple :

  • La naissance d’un enfant fait chuter le taux de testostérone des nouveaux pères

  • Conduire une Porsche plutôt qu’une voiture familiale augmente le taux de testostérone des hommes (le réduit pour la familiale) (Saad & Vongas, 2009)

  • La démonstration de richesse par un homme en présence d’une femme fait augmenter le taux de testostérone des hommes présents (Saad & Vongas, 2009)

  • La présence d’une belle femme augmente le taux de testostérone et la prise de risque physique par les jeunes hommes (Ronay & Hippel, 2010)

  • Chez les femmes ne prenant pas la pilule, être séduite par un homme attirant augmente le taux de testostérone et de cortisol (chez les femmes prenant la pilule seul le taux de cortisol augmente) (López et al., 2009)

2.4. Impact

  • Vie sexuelle : les hommes montrant un plus fort taux de testostérone à un âge avancé ont eu plus de partenaires sexuels, ont plus de chances d’être présentement en couple (remarque : vrai aussi pour les femmes) et ont plus de chances d’être remariés (Pollet et al., 20011).

  • Prise de risque : plusieurs études ont trouvé qu’un plus fort taux de testostérone augmente la prise de risque (exemple : Apicella et al., 2008), mais Stanton et al. (2011) ont trouvé que, pour le risque financier, cela était vrai aussi pour un plus faible taux de testostérone.

  • Plus surprenant (et inexpliqué) : la testostérone augmente l’honnêteté (Weber et al., 2012)

Liens

Image : h16


3. Elections US et psychologie sociale

Demography: USA 2012

Ceux qui nous promettent le paradis sur terre n’ont jamais rien produit qu’un enfer.
Karl Popper

Maintenant que les élections sont passées, le New York Times peut rapporter que l’équipe de campagne d’Obama a encore plus utilisé les techniques psychologiques d’influence que lors des élections de 2008 :

La culture de la campagne avait changé“, dit le Dr Fox. “Avant, j’avais l’impression que nous devions nous vendre, cette fois il y avait une réelle faim pour nos idées.

Les méthodes utilisées citées par le NYT sont celles de la psychologie sociale : psychologie de l’engagement, etc. Il faudra attendre pour savoir quelles autres méthodes ont été utilisées, mais il est cependant probable que ces chercheurs aient eu une influence sur la censure par CNN de la référence à l’article sur l’influence hormonale (ci-dessus).

Pour rappel le Parti Socialiste français avait essayé d’utiliser d’autres méthodes : voir la lettre 25: “Les neurones miroirs

Lien :Academic ‘Dream Team’ Helped Obama’s Effort” By Benedict Carey. NYT. November 12, 2012

Carte : Résultats détaillés aux élections USA. Les nuances de pourpre (du bleu Obama au rouge Romney) montrent l’avance d’un candidat sur l’autre, l’intensité de la couleur correspond au nombre de votants.
Source : “This Is the Real Political Map of America—We Are Not That Divided” By Jesus Diaz. Gizmodo. Nov. 13, 2012 


4. Différences sexuelles

Bell CurveL’image ci-jointe montre à quoi correspond une différence sexuelle standard : deux répartitions modélisables globalement par une Loi Normale (“Courbe en cloche”) qui sont un petit peu séparées sur l’axe étudié. La différence sexuelle, c’est la distance entre les deux lignes verticales (les moyennes). Plus le critère étudié s’éloigne du pur génital, moins l’écart est important.

Il y a deux manières de voir ces différences :

  1. Remarquer qu’il y a énormément de recouvrement (“overlap”) : sur presque tous les critères on trouve des hommes et des femmes montrant plus ou moins ce critère que les personnes de l’autre sexe.

  2. Remarquer qu’il y a un écart significatif : malgré l’overlap, on constate bien qu’il y a une différence moyenne significative.

Ces deux approches doivent être considérées en même temps : il y a bien impact sur le grand nombre, mais les déductions au niveau individuel sont plus aléatoires.

Pour aller plus loin

  • L’image ci-dessus montre deux courbes de même hauteur, ce n’est souvent pas le cas : en règle générale les femmes montrent un peu moins de variation que les hommes (écart-type (= SD) plus faible) et donc une courbe moins large et plus haute.

  • Dans une loi normale, environ les 2/3 de la population ont entre -1 et +1 écart-types. Voir la Table de conversion du QI sur Douance.

Mise à jour


5. Video : Suivez vos clients par leur visage

Un nouveau logiciel japonais, fonctionnant sur n’importe quel PC avec pour entrée n’importe quelle caméra permet de reconnaître les visages et de déterminer le sexe et l’âge des filmés.

Le produit est loué l’équivalent de 800 USD par mois, et il est présenté comme particulièrement adapté aux sociétés ayant plusieurs boutiques puisqu’il permet de suivre les clients d’une boutique à l’autre…

En d’autres termes : il n’y aura bientôt plus que sur Internet que vous pourrez conserver un certain anonymat (enfin seulement si l’ITU ne parvient pas à en prendre le contrôle en décembre : Youtube).

Lien :Marketing service uses facial recognition tech to estimate gender, age, and visiting frequencyDigInfo. 12 nov. 2012

Youtube : “Facial recognition tech estimates customers gender, age and how often they visit” (1’55”)


6. Articles cités

Apicella, C., Dreber, A., Campbell, B., & Gray, P. (2008). Testosterone and financial risk preferences. Evolution and Human. Retrieved from http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S1090513808000676

Beehner, J. C., Bergman, T. J., Cheney, D. L., Seyfarth, R. M., & Whitten, P. L. (2005). Testosterone predicts future dominance rank and mating activity among male chacma baboons. Behavioral Ecology and Sociobiology, 59(4), 469–479. doi:10.1007/s00265-005-0071-2

Coyle, J. M., & Kaschak, M. P. (2012). Female Fertility Affects Men’s Linguistic Choices. (A. Antonietti, Ed.) PLoS ONE, 7(2), e27971. doi:10.1371/journal.pone.0027971

Durante, K., Griskevicius, V., & Hill, S. (2011). Ovulation, female competition, and product choice: Hormonal influences on consumer behavior. Journal of consumer research, 37(6), 921–934. DOI: 10.1086/656575

Durante, K. M., Arsena, A. R., & Griskevicius, V. (Forthcoming). The Fluctuating Female Vote: Politics, Religion, and the Ovulatory Cycle. Psychological Science.

Fink, B., Neave, N., & Manning, J. T. (2003). Second to fourth digit ratio, body mass index, waist-to-hip ratio, and waist-to-chest ratio: their relationships in heterosexual men and women. Annals of human biology, 30(6), 728–38. doi:10.1080/03014460310001620153

Krug, R., Stamm, U., Pietrowsky, R., Fehm, H. L., & Born, J. (1994). Effects of menstrual cycle on creativity. Psychoneuroendocrinology, 19(1), 21–31. doi:9210209

López, H. H., Hay, A. C., & Conklin, P. H. (2009). Attractive men induce testosterone and cortisol release in women. Hormones and behavior, 56(1), 84–92. doi:10.1016/j.yhbeh.2009.03.004

Markey, P., & Markey, C. (2011). Changes in women’s interpersonal styles across the menstrual cycle. Journal of Research in Personality. doi:10.1016/j.jrp.2011.06.005

Penton-Voak, I. ., & Perrett, D. . (2000). Female preference for male faces changes cyclically. Evolution and Human Behavior, 21(1), 39–48. doi:10.1016/S1090-5138(99)00033-1

Pollet, T. V., der Meij, L. van, Cobey, K. D., & Buunk, A. P. (2011). Testosterone levels and their associations with lifetime number of opposite sex partners and remarriage in a large sample of American elderly men and women. Hormones and behavior. doi:10.1016/j.yhbeh.2011.03.005

Roberts, S. C., Havlicek, J., Flegr, J., Hruskova, M., Little, A. C., Jones, B. C., Perrett, D. I., et al. (2004). Female facial attractiveness increases during the fertile phase of the menstrual cycle. Proceedings. Biological sciences / The Royal Society, 271 Suppl, S270–2. doi:10.1098/rsbl.2004.0174

Ronay, R., & Hippel, W. V. (2010). The Presence of an Attractive Woman Elevates Testosterone and Physical Risk Taking in Young Men. Social Psychological and Personality Science, 1(1), 57–64. doi:10.1177/1948550609352807

Saad, G., & Vongas, J. G. (2009). The effect of conspicuous consumption on men’s testosterone levels. Organizational Behavior and Human Decision Processes, 110(2), 80–92. doi:10.1016/j.obhdp.2009.06.001

Stanton, S. J., Mullette-Gillman, O. A., McLaurin, R. E., Kuhn, C. M., Labar, K. S., Platt, M. L., & Huettel, S. A. (2011). Low- and High-Testosterone Individuals Exhibit Decreased Aversion to Economic Risk. Psychological science : a journal of the American Psychological Society / APS. doi:10.1177/0956797611401752

Weber, B., Falk, A., Wibral, M., Dohmen, T., & Klingmu, D. (2012). Testosterone Administration Reduces Lying in Men, 7(10), 5–9. doi:10.1371/Citation


Share Button

Citation de cette page :

(2012) : "Lettre Neuromonaco 48: Les hormones qui décident pour vous". ( Neuromonaco. Retrieved from http://neuromonaco.com/lettres/lettre48.htm on 20 Dec 2014. 2258 words.

"[Lettre Neuromonaco 48: Les hormones qui décident pour vous](http://neuromonaco.com/lettres/lettre48.htm)" Par Philippe Gouillou. _Neuromonaco_. 19 Nov 2012



One Response to “48: Les hormones qui décident pour vous”

  1. Homo fabulus says:

    Merci pour ces lettres toujours intéressantes et bien documentées. Sur les hormones, j’en profite pour rajouter un effet dont j’ai parlé la semaine dernière sur mon blog : le taux d’exposition prénatal à des hormones androgènes semble influencer les préférences de jeu (“jeux de garçons”, “jeux de filles”) au cours de l’enfance. http://homofabulus.com/les-macaques-males-aussi-preferent-jouer-aux-petites-voitures/

Read more:
rouge
58: Aucune décision n’est consciente

Vous croyez prendre des décisions consciemment réfléchies ? Aucune chance : la conscience est en retard, elle n'intervient qu'après que la décision...

Close